Forme et Plaisir de retour!

Ces dernières semaines j’ai eu la chance de pouvoir profiter d’un bon programme de course. En effet, après deux Kermesses courues en Belgique, j’ai enchaîné avec le Tour du Luxembourg et ma course préférée : Le Gp d’Argovie à Gippingen. Je vais ensuite courir le ZLM Toer sur 5 jours avant le championnat de Suisse, haut lieu de ma saison!

– Deux Kermesses Pro (courses typiques non UCI) m’ont servi de préparation afin de retrouver le rythme de la compétition. Logé au petits soins chez un ami belge pendant une semaine, j’ai eu la chance de vivre une nouvelle expérience intéressante, dans le pays du vélo!

 

13217439_1058578540887570_7894125657041973048_o

Full Gaz à Puivelde

– Tour du Luxembourg 2.HC.
5 jours de course vallonnés à travers le Grand Duché : le top pour retrouver la condition! Un plaisir de me mettre au service de l’équipe et surtout à la planche pour notre leader Mathias Frank qui a terminé 3ème de l’étape reine.

13307333_10206959914700934_9024226234353897398_n

Final de la 5ème étape du Tour du Luxembourg

– Gp d’Argovie Gippingen 1.HC
La plus fameuse épreuve cycliste d’un jour courue en suisse a toujours lieu 3 jours avant le début du Tour de Suisse dont le prologue aura lieu samedi à Baar. Cette épreuve tient une place particulière dans mon coeur. C’est en effet sur ce parcours que je suis devenu Champion Suisse Espoir il y a 3 ans!

13346861_10153533078010404_8900963866847832361_n

décontraction avant le départ avec Jarlinson Pantano

C’est donc avec une grosse motivation que je me suis présenté sur la ligne de départ à Leuggern. J’ai tout tenté pour prendre l’échappée matinale, malheureusement cela n’a pas souri, je me suis alors mis au service nos deux leaders Martin Elmiger et David Tanner. Après qu’Elmiger ai tenté son va-tout dans la dernière bosse, il était clair que le sprint allait être pour Tanner. Parfaitement emmené, il a pu prendre la 3ème place de l’épreuve. J’ai pour ma part participé au train IAM Cycling en l’emmenant jusqu’au pied du dernier faux-plat, à 600m de l’arrivée.

13415680_977372305643962_948568656326010832_o

À l’attaque au sommet de la bosse

Satisfait de ma condition actuelle, je vais prendre un peu de repos avant de m’envoler mardi pour la Hollande!

 

 

 

Stage Lago di Garda et Tour de Picardie

Mes soucis de santé enfin derrière moi, j’ai pu reprendre sérieusement l’entraînement. Afin de me préparer au mieux pour revenir rapidement à un niveau de performance intéressant, je suis allé en camps d’entraînement en Italie, aux alentours du Lac de Garde : au programme intensités et séances de derrière voiture.

Une fois mon stage terminé, je me suis directement envolé pour Paris et le Tour de Picardie. Une épreuve de trois jours idéale pour retrouver le rythme de la compétition. Quel plaisir de retrouver des sensations et d’évoluer avec une équipe efficace et dynamique. Après avoir traversé des moments difficiles ces dernières semaines, j’ai vraiment su apprécier chaque instant de ce tour. J’ai réussi à m’échapper lors de la 2ème étape et donc à passer la journée aux avants-postes. Les deux autres étapes se sont terminées au sprint massif et Sondre Holst Enger a de nouveau fait parlé sa pointe de vitesse puisqu’il termine à la 2ème place de la dernière étape et du général.

Résultats : http://www.tourdepicardie.com/?page_id=3581

Championnat Suisse sur route

Mon premier championnat suisse sur route professionnel s’est déroulé dimanche dernier à Steinmaur, près de Zurich. Le parcours comprenait l’ascension du célèbre « Siglistorf », à grimper à 8 reprises. Le parcours promettait donc une belle bagarre entre les 9 coureurs IAM Cycling (Elmiger, Reichenbach, Frank, Fumeaux…), BMC (Dillier, Wyss…) qui disposait de l’aide de son équipe Devo et avec pour arbitre les puissants et rapides coureurs individuels que sont Fabian Cancellara, Michael Albasini, Oliver Zaugg,…

10344245_819055184809009_4602672741833478002_oCette épreuve est vraiment spéciale car seule la victoire importe puisqu’elle permet au vainqueur de porter pendant une saison le maillot rouge à croix blanche tellement visible dans le peloton! Notre force principale au départ de ce championnat était le nombre. En effet 9 des 10 coureurs suisses de l’équipe étaient au départ (seul Reto Hollenstein devenu père samedi soir manquait à l’appel). La difficulté principale à laquelle nous avions à faire face était la rapidité au sprint de nos adversaires. Il était presque indispensable qu’un coureur de chez nous arrive seul pour espérer remporter le titre. Pour ma part, les sensations n’étaient pas encore revenues après une semaine plutôt difficiles au retour de Baku. En effet, je peine vraiment à me débarrasser de ma grippe intestinale contractée en Azerbaïdjan.

11402286_819058891475305_2613427354330245270_oNous avions donc décidé au briefing de lancer les hostilités le plus tôt possible, et même dès le premier tour déjà afin d’obliger nos adversaires à se découvrir. C’est pourquoi Martin Elmiger, tenant du titre a réussi à passer incognito et s’est échappé dès le premiers coups de pédale en compagnie de Patrick Schelling et 4 autres coureurs de catégorie élite. Ce fut donc une aubaine pour nous dans le peloton, car nous n’avons pas eu à travailler. L’équipe BMC a dû sacrifier tous ses coureurs Devo et donc la lutte pour le titre « élite national » (lequel est revenu à Fabian Lienhard) afin de reprendre Martin et Patrick. L’échappée a finalement été reprise au sommet de l’ultime difficulté du jour. C’est dans cette bosse que j’ai, en manque de rythme, perdu le contact avec ce qu’il restait du groupe des favoris. La victoire s’est jouée entre 3 coureurs : Danilo Wyss, Sébastien Reichenbach et Michael Albasini. Ce dernier chuta dans le dernier virage et c’est le vaudois Danilo Wyss qui s’est imposé au sprint devant mon ami valaisan Sébastien Reichenbach.

11709725_819058458142015_4718920498300002859_o

Je vais maintenant prendre un peu de repos en altitude, à Thyon 2000, puis en France, à Tignes. Je vais ainsi tâcher de me préparer au mieux les deux jolies courses à étapes qui sont à mon programme fin juillet et début août : Le Tour de Wallonie et l’Arctic Race of Norway.

Des news !

Voici quelques temps déjà que je ne vous ai plus donné de nouvelles. Depuis mon abandon au Tour de Catalogne enfaite dont voici la raison : j’ai ressenti au soir de la 3ème étape une petite gène au niveau du tendon péronier. Douleur qui est devenue insupportable au matin de l’étape reine de La Molina. J’ai donc été contraint de mettre pied à terre après 20km d’étape seulement. Ce fut un grosse désilusion car il me tenait vraiment à cœur de terminer cette première épreuve World Tour de ma carrière. Il aurait été très intéressant pour ma progression d’encaisser une charge d’entraînement de cette qualité. Car en plus de la fantastique expérience qu’est une première course d’une semaine à ce niveau, elle permet aussi de progresser physiquement!
Mes douleurs provenant certainement de mes problèmes de chaussures (mon pied est trop large pour le commun des chaussures et j’en souffre d’autant plus cette saison avec l’augmentation des charges d’entraînement), j’ai décidé avec le conseil de mon équipe de rentrer à la maison au lendemain de mon abandon afin de prendre 3 jours de repos complet et surtout de trouver une solution viable pour le futur de ma saison (et de ma carrière).
J’ai profité de ces 3 jours de repos pour me couper au maximum avec le monde du vélo et me changer les idées en compagnie de ma copine en Italie, tout en étant à l’affut pour trouver une solution pour mes chaussures.

J’ai ensuite gentiment repris l’entraînement, et cela sans ressentir de douleur, malgré quelques tests appuyés. Pour mes chaussures, une solution provisoire a été trouvée et j’ai donc pu venir (un peu plus tardivement que prévu) au stage d’équipe prévu en Sierra Nevada à plus de 2’200m d’altitude. Ce camps d’entraînement prévu dans un creux de mon programme de course et me permettra de profiter des bienfaits naturels de l’altitude afin de préparer au mieux mes prochaines échéances que sont la Flèche Brabançonne, le Tour du Yorkshire ainsi que plus tard le Tour de Belgique. Malgré toute ma bonne volonté, il m’a été impossible de m’entraîner correctement pendant presque 2 semaines à cause des nombreux tests de chaussures. Et je suis maintenant ici avec un tendon qui ne me laisse pas encore totalement tranquille. Je prends donc mon mal en patience en attendant des jours meilleurs!

A bientôt

Simon

Voyage 2014, part. 2

Voilà déjà plus de deux semaines que j’ai posté la 1ère partie de mon récit de voyage,  depuis les Blue Mountains, en Australie. Voici la deuxième partie :

Le matin de mon retour à Sydney, je me suis réveillé un peu refroidi.  Heureusement, ça n’a pas duré et j’ai vite pu me remettre d’aplomb pour rencontrer mon cousin Gilles D’Andrés et passer une sympathique soirée avec lui ! Le lendemain, je me suis envolé pour Cairns et les tropiques australiennes! J’y ai passé 5 jours fantastiques, avec visite de la Rainforest et plongée dans la grande barrière de corail. Je ne suis pas prêt d’oublier cette première expérience sois-marine, dans des eaux translucides, à plus d’une heure et demi de bateau de la côte.

20141018_123425

The Reef

Après Cairns, je suis rentré à Gold Coast chez Josh pour me préparer au Tour of Southland. Ayant confondu 8.30 am et 8.30 am, j’ai quitté un peu précipitamment Gold Coast pour m’envoler direction la Nouvelle Zélande !

20141031_133412

The Catlins

L’organisateur du Tour of Southland, Bruce Ross m’attendait au minuscule aéroport d’Invercargill à mon arrivée. Il m’a fait visité la ville, une des plus australes de la planète et c’est chez lui que j’ai été logé en attendant l’arrivée de mes coéquipiers. J’ai profité de mes 5 jours de libre avant le début de la course pour visiter la région, en particulier les « Catlins » magnifique réserve naturelle proche d’Invercargill. Avec mes 5 coéquipiers : Alex, Dan, Anton, Tom et Ben plus deux accompagnants : Lazz et Blair nous avons ensuite pris nos quartier dans une grande maison-motel pour 10 jours de vie en communauté ! Notre collaboration fut optimale et l’ambiance au beau fixe.

IMG_20141106_214133

McCallums Group Team

Place à la course : 7 jours, un prologue et 7 étapes à travers le Southland et sa météo des plus capricieuses (pluie, vent et températures plus qu’automnales) ! Un peloton de bon niveau a pris le départ de ce qu’est « la plus grande et prestigieuse » course à étape organisée en Nouvelle Zélande. Les sensations étant au rendez-vous, j’ai pu prendre un maximum de plaisir tout au long des 1’000 kilomètres parcourus pendant la semaine ! En particulier, lors de l’étape reine du 6 novembre, où j’ai pris part à l’échappée matinale pendant plus de 180 kilomètres, et lors de la dernière étape où j’ai pris la 6ème place.

10801795_10152530624782989_5076451262646174538_n

Le lac de Queenstown

Les 3 victoires d’étape de mon coéquipier australien Ben Hill ont clairement contribuées à la réussite générale de ma semaine ici ! Je termine donc ma saison 2014 sur une bonne note et je suis, dès ce soir en vacances pour les deux prochaines semaines. Je vais laisser mon vélo de côté pour partir à l’aventure entre Singapore, Malaisie et peut être Thaïlande avec Florence Coquoz. Avant de rentrer en Valais dimanche 23 novembre pour attaquer la préparation de ma saison 2015 !

À bientôt

Gp d’Isbergues

J’ai eu la chance de participer dimanche 22.09 au GP d’Isbergues, manche de coupe de France professionnelle courue dans le Pas-de-Calais. Tout d’abord remplaçant, j’ai finalement été appelé pour venir participer à cette épreuve pour « sprinteurs », très souvent indécise à cause du fort vent qui souffle dans cette région découverte. Pas moins de 200 kilomètres étaient donc au programme ce weekend. Le parcours, plutôt plat dans sa partie initiale était ensuite un peu plus vallonné dans sa partie médiane avant de se terminer par 5 répétitions d’un circuit urbain long de 6 kilomètres. Les conditions météo étaient vraiment difficiles le matin à notre départ de l’hôtel : pluie et vent violent promettaient une course  des plus nerveuses ! Par chance, la pluie cessa, mais le vent s’intensifia encore à l’approche du départ.

10711490_10205110902991451_504912646_n

À la planche pour Heinrich Haussler

Ma consigne était de me glisser dans l’échappée matinale si plus de 4-5 coureurs parvenaient à prendre le large. Malheureusement, malgré plusieurs tentatives, un groupe de 8 coureurs parvint à s’échapper sans que personne de chez nous ne puisse les accompagner. Avec ce vent, la nervosité était à son comble. Plusieurs tentatives de bordures (notamment de l’équipe BMC), donnèrent du fil à retordre aux coureurs du peloton et plus particulièrement à l’équipe FDJ qui contrôla tout de même la course tout au long de la journée. J’ai fais de mon mieux pour rester placé à l’avant du peloton et protéger mes leaders du vent. Peu avant de rentrer sur le circuit final, mon capitaine de route Vicente Reynes me demanda d’aller aider l’équipe de la Française des Jeux afin de reprendre au plus vite l’échappée. je me suis donc mis au travail pendant environ 25 kilomètres en compagnie notamment de Pirmin Lang, et une fois le groupe de tête repris à l’entame du dernier tour, je me suis écarté et fini tranquillement à 3 minutes environ du groupe principal. Heinrich Haussler a bien conclu le travail de l’équipe en prenant la 3ème place au sprint, derrière Arnaud Demare et Yauheni Hutarovich ! 

Voici une vidéo du final où l’on voit bien le travail effectué pour reprendre l’échappée :

Le Grand Prix d’Isbergues était ma dernière course avant le Championnat du Monde de vendredi. Je suis vraiment satisfait de son déroulement. En effet, j’en ai profité afin peaufiner au mieux ma forme pour cette dernière échéance de ma saison 2014. Je vais rejoindre Ponferrada mardi dans la journée. Mon objectif sur ce championnat sera de vraiment faire mieux que l’an dernier à Florence où j’ai subi la course de bout en bout. Avec mes collègues de l’équipe nationale, nous abordons cette épreuve dans un état d’esprit positif et le Team Spirit mis en place depuis le début de la saison ne pourra que nous aider à porter haut les couleurs de Swiss Cycling.

Gp Vorarlberg/Circuito del Porto

2 courses étaient à mon programme cette semaine, le Gp Vorarlberg en Autriche jeudi et le Circuito del Porto course UCI 1.2 à Cremona en Italie dimanche. Ces deux épreuves au profil complètement plat étaient pour moi l’occasion de reprendre la compétition après une petite semaine de coupure. Toutes les deux étaient vouées à se terminer par un sprint massif. Ces arrivées ne sont pas vraiment ma spécialité, car il faut réussir à prendre des risques et à jouer des coudes dans le final. J’avais donc décidé de les prendre comme préparation, pour refaire du rythme avant mon prochain objectif, le Berner Rundfahrt qui se déroulera samedi 10 mai.

10303791_574627922651742_240882753072048102_n

En Autriche, une échappée de 11 coureurs a vite pris le large. Victime d’une crevaison quelques minutes avant que l’échappée sorte, je n’ai pas pu essayer de m’y glisser et suis donc resté dans le peloton. Sous l’impulsion de l’équipe continentale Vorarlberg, le groupe a été repris à 5 kilomètres de l’arrivée et la victoire se décida donc comme prévu au sprint massif. Je termine à la 19ème après avoir été enfermé aux 500m. Je n’ai ensuite pas pu trouver l’ouverture pour remonter et termine en « roue libre ».

Circuito del Porto

Peloton très étiré lors du dernier tour

Plus de 200 coureurs étaient présents dimanche 4 mai au départ du Circuito del Porto. 12 tours de 15 kilomètres complètement plats étaient au programme de cette épreuve classée 1.2 au calendrier Europe Tour. Il nous a fallu 3h40 seulement pour boucler les 180 kilomètres prévu ce jour, ce qui représente une moyenne de presque 49 km/h. Le peloton était très nerveux et il n’y a jamais eu de relâchement. Toutes les tentatives d’échappées ont été contrôlées par les équipes de sprinter et c’est tout naturellement que la victoire s’est jouée groupée au terme de la dernière ligne droite longue d’un kilomètre. J’ai tenté de prendre part à l’emballage final, mais malgré de très bonnes sensations tout au long du parcours, je ne suis pas parvenu à être assez agressif et à prendre assez de risques pour vraiment obtenir un résultat. Je termine à la 25ème place.

Voici la vidéo de l’arrivée du Circuito del Porto !

Côte Picarde 16.04

3 jours après le Tour des Flandres s’est déroulée la deuxième manche de coupe des nations U23 : la Côte Picarde. Ayant déjà participé à cette course l’année dernière, je l’avais placée parmi mes principaux objectifs de la saison (voir ici). Premièrement car la coupe des nations est la meilleure vitrine dont un coureur espoir dispose pour se montrer à son avantage, mais aussi et surtout car le parcours proposé ici en Picardie me convient à ravir. Longue de 180 km, cette course se termine par un circuit final accidenté (comprenant 2 difficultés de 1.5 km environ) et exposé au vent à effectuer à deux reprises.

1913328_10201606964525811_9076655408464004311_o

Le peloton de la Côte Picarde

Le début de course était propice aux bordure et fut rapide. Mais aucune des tentatives (allemandes, belges et hollandaises) à faire exploser le peloton ne furent réellement efficaces. Une échappée de cinq coureurs parvint à prendre le large. Ils comptèrent jusqu’à huit minutes d’avance, mais grâce au travail des équipes de Norvège et du Danemark, nous les avons repris à l’entame de la boucle finale.

Montée finale

Afin d’économiser un maximum d’énergie et de minimiser le risque de chute, il était vraiment capital de débuter les difficultés finales dans les premières positions du peloton. Ce fut chose faite grâce à l’aide de mon coéquipier Lukas Spengler qui a vraiment effectué un super travail pour me replacer! Au vue du scénario présenté les années précédentes sur cette course, j’avais décidé de rester le plus calme possible et de ne rien tenter avant la dernière difficulté de la journée. Je suis donc resté à l’avant du peloton en tachant de m’économiser un maximum jusqu’à 15 kilomètres de l’arrivée. C’est à ce moment que le Belge Jens Wallays décida d’attaquer. Étant parfaitement placé à ce moment, j’ai sauté dans sa roue. Nous sommes sortis en compagnie d’un coureur kazakh. Six coureurs nous ont rejoints dans le dernier GPM. Nous étions donc 9 à l’avant à 10 kilomètres de l’arrivée. Notre avance n’a jamais dépassé les 15 secondes, mais l’entente dans le groupe était bonne et nous a permis de nous disputer la victoire !!

Le Belge Jens Wallays attaqua à 1.5 kilomètres de l’arrivée. Il parvint à nous piéger. Personne n’a voulu faire l’effort pour boucher le trou de peur de le payer lors de l’emballage final. La victoire était donc jouée. Mais il restait les deux dernières places du podium à nous disputer au sprint. A ce petit jeu là c’est le pistard français Thomas Boudat qui s’est montré le plus rapide, devançant de peu le danois Søren Kragh Andersen. Je prends pour ma part la 3ème place du sprint et donc la 4ème place finale. Bien placé en 2ème position au moment de lancer le sprint, il m’a été impossible de déborder mes deux adversaires du moment.

Arrivée de la Côte Picarde 2014

Arrivée de la Côte Picarde 2014

Je suis très satisfait de ce résultat. Il me reste seulement une pointe d’amertume de ne pas avoir osé tenter ma chance comme l’a fait le coureur belge. Mais c’est déjà une très grande satisfaction de pouvoir peser à ce point sur une course comme celle-ci et surtout de pouvoir arriver en excellente condition sur un objectif que je m’étais fixé de longue date. De plus les résultats obtenus lors de ces deux dernières épreuves permettent à l’équipe nationale de figurer à la 3ème place derrière la Belgique et la Hollande (voir le classement ici) ! Les points récoltés nous assurent aussi une place au prochain tour de l’Avenir.
Je tiens à remercier tous mes collègues Lukas Spengler, Thery Schir, Maxime Froidevaux, Gianluca Ocanha et Lars Schnyder pour leur aide et leur confiance ! La belle perfomance de l’équipe est complétée par la belle 18ème place de mon camarade de chambre Théry Schir !

Classements : http://www.directvelo.com/actualite/33181-la-cote-picarde-classement.html

Maladie et team présentation

Bonjour,

Cela fait déjà quelques jours que je n’ai plus publié d’article! Alors voici les dernières nouvelles sur l’avancée de ma saison, qui ne commence, malheureusement, pas vraiment comme prévu.

Le retour de mon voyage au Maroc s’est avéré compliqué. Il est fort probable que j’y ai attrapé un virus car 2 jours après être rentré, j’ai souffert de gastro-entérite. J’ai malgré tout pu prendre part au Circuit des 4 Cantons le samedi suivant. Les sensations n’étaient pas excellentes, mais j’ai pu tenir mon rang et je termine à la 36ème position, bien au chaud dans le peloton. La victoire s’est une fois de plus jouée au sprint massif, sur un circuit final très sinueux et face à des équipes sur-représentées. Il était donc difficile de pouvoir espérer un résultat.

Mon entraîneur avait planifié 3 jours de pause après cette course. Malheureusement, je n’ai pas pu les apprécier pleinement car la maladie ne m’a pas lâchée et j’ai été contraint de consulter mon médecin jeudi soir. Ce dernier m’a prescrit des antibiotiques, car tout le bas de mon ventre était enflammé. J’ai également essayé de nombreuses techniques « naturelles » (riz, thé noir, bananes,…) pour me réguler mais rien n’y a fait.

Team Présentation

Traditionnelle photo d’équipe !

Vendredi 14.03 (le lendemain de ma visite chez le médecin) a eu lieu à Kriegstetten, la présentation de mon équipe la « Team Roth Felt ». Séances photos et visites des principaux sponsors ont rythmés cette magnifique journée ensoleillée. Voici un petit article s’y référant : http://sport-heute.ch/cs20141/cycling/264-roth-felt-das-neue-team-im-elite-rennsport

Le lendemain, l’équipe était alignée sur le difficile Gp des Carreleurs, en Alsace. Pour ma part, il était clair que je doivent déclarer forfait afin d’optimiser ma récupération et mon retour à la compétition.

La prise d’antibiotiques ayant eu un effet radical sur mon état de santé, j’ai décidé de prendre le départ du Tour du Canton de Wittenheim, épreuve toute catégorie, totalement plate qui s’est tenu près de Mulhouse. Motivé après une semaine sans le moindre entraînement, j’ai fais partie d’une échappée de 8 coureurs en début de course. L’équipe nationale d’Allemagne n’ayant pas de représentant dans le groupe, a été obligée de rouler et après plus de 30 minutes d’efforts nous nous sommes fais reprendre par le peloton. Dans le final, un groupe d’une vingtaine de coureurs a pu ressortir et se disputer la victoire. J’ai pour ma part finit à la 21ème place, prenant la 3ème position du sprint du peloton. Sur cette course toute plate, où il était impossible de faire la différence physiquement, et où aucune équipe n’est parvenue à contrôler la course, le bon groupe est sorti un peu chanceusement. Malgré la déception de ne pas avoir pu terminer à l’avant, je me montre tout de même plutôt satisfait d’avoir pu participer à cette compétition après la semaine difficile que j’ai vécue.

1383643_549502815147914_697975701_n
1ère échappée de la saison

Coppa San Geo, GP Aix en Provence 22/24.02

Samedi 22 février s’est tenu au bord du lac de Garde la Coppa San Geo, une des premières courses nationales du calendrier italien. Le profil plutôt plat laissait présager dès le départ un sprint massif. Et les équipes italiennes (Zalf, Colpack, Delio Gallina…) ont travaillé à cette fin. Malgré tout, deux coureurs opportunistes ont pu se disputer la victoire en échappée avec seulement une vingtaine de mètre d’avance sur le peloton.

De mon côté, cette course s’est plutôt bien passée. Je peux affirmer m’être définitivement débarrassé de la maladie qui me gênait depuis plusieurs jours. Les premiers kilomètres ont été encore un peu difficile, mais dès la mi-course, je me suis senti de mieux en mieux, comme débloqué. Et j’ai pu apprécier la fin de course et me porter un peu à l’attaque. La consigne était de travailler pour mon coéquipier Colin Stüssi pour le sprint final. Il termine environ à la 20ème place et moi après avoir effectué mon travail, termine tranquillement dans les 30 premiers, le peloton ayant été coupé en deux par une chute.

Après une nuit passée dans un hôtel de Milan et un transfert de 5h environ, l’équipe se retrouvait lundi au départ du GP du Pays d’Aix, course élite nationale française regroupant 195 des meilleurs coureurs amateurs français. Ayant déjà pris part à cette course l’année passée, je savais à quoi m’attendre. Le parcours vallonné et le fort vent soufflant aujourd’hui sur Aix laissait présager une course de mouvement très tendue. Et ce fut le cas ! Les deux premiers tours de circuit (sur 4 au total) ont été effectués à très vive allure et les attaques incessantes. Tout le temps bien placé par peur de voir un groupe important s’en aller sans moi, j’ai payé un peu mes efforts au troisième tour. Et c’est à ce moment qu’est sorti la bonne échappée composée d’une quinzaine de coureurs. Piégé, je me suis résolu à tout de même disputer le sprint pour une place d’honneur afin de travailler le placement et le stress caractéristique des arrivées massives. Je dois prendre la dixième place du groupe environ (et donc à la 25ème place finale), mais j’ai malheureusement été oublié par le chronométreur…

Dès mardi, cap sur le Maroc et les trois courses qui m’y attendent (jeudi, samedi et dimanche) où je compte bien travailler ma condition et prendre du plaisir à découvrir ce pays !