Côte Picarde 16.04

3 jours après le Tour des Flandres s’est déroulée la deuxième manche de coupe des nations U23 : la Côte Picarde. Ayant déjà participé à cette course l’année dernière, je l’avais placée parmi mes principaux objectifs de la saison (voir ici). Premièrement car la coupe des nations est la meilleure vitrine dont un coureur espoir dispose pour se montrer à son avantage, mais aussi et surtout car le parcours proposé ici en Picardie me convient à ravir. Longue de 180 km, cette course se termine par un circuit final accidenté (comprenant 2 difficultés de 1.5 km environ) et exposé au vent à effectuer à deux reprises.

1913328_10201606964525811_9076655408464004311_o

Le peloton de la Côte Picarde

Le début de course était propice aux bordure et fut rapide. Mais aucune des tentatives (allemandes, belges et hollandaises) à faire exploser le peloton ne furent réellement efficaces. Une échappée de cinq coureurs parvint à prendre le large. Ils comptèrent jusqu’à huit minutes d’avance, mais grâce au travail des équipes de Norvège et du Danemark, nous les avons repris à l’entame de la boucle finale.

Montée finale

Afin d’économiser un maximum d’énergie et de minimiser le risque de chute, il était vraiment capital de débuter les difficultés finales dans les premières positions du peloton. Ce fut chose faite grâce à l’aide de mon coéquipier Lukas Spengler qui a vraiment effectué un super travail pour me replacer! Au vue du scénario présenté les années précédentes sur cette course, j’avais décidé de rester le plus calme possible et de ne rien tenter avant la dernière difficulté de la journée. Je suis donc resté à l’avant du peloton en tachant de m’économiser un maximum jusqu’à 15 kilomètres de l’arrivée. C’est à ce moment que le Belge Jens Wallays décida d’attaquer. Étant parfaitement placé à ce moment, j’ai sauté dans sa roue. Nous sommes sortis en compagnie d’un coureur kazakh. Six coureurs nous ont rejoints dans le dernier GPM. Nous étions donc 9 à l’avant à 10 kilomètres de l’arrivée. Notre avance n’a jamais dépassé les 15 secondes, mais l’entente dans le groupe était bonne et nous a permis de nous disputer la victoire !!

Le Belge Jens Wallays attaqua à 1.5 kilomètres de l’arrivée. Il parvint à nous piéger. Personne n’a voulu faire l’effort pour boucher le trou de peur de le payer lors de l’emballage final. La victoire était donc jouée. Mais il restait les deux dernières places du podium à nous disputer au sprint. A ce petit jeu là c’est le pistard français Thomas Boudat qui s’est montré le plus rapide, devançant de peu le danois Søren Kragh Andersen. Je prends pour ma part la 3ème place du sprint et donc la 4ème place finale. Bien placé en 2ème position au moment de lancer le sprint, il m’a été impossible de déborder mes deux adversaires du moment.

Arrivée de la Côte Picarde 2014

Arrivée de la Côte Picarde 2014

Je suis très satisfait de ce résultat. Il me reste seulement une pointe d’amertume de ne pas avoir osé tenter ma chance comme l’a fait le coureur belge. Mais c’est déjà une très grande satisfaction de pouvoir peser à ce point sur une course comme celle-ci et surtout de pouvoir arriver en excellente condition sur un objectif que je m’étais fixé de longue date. De plus les résultats obtenus lors de ces deux dernières épreuves permettent à l’équipe nationale de figurer à la 3ème place derrière la Belgique et la Hollande (voir le classement ici) ! Les points récoltés nous assurent aussi une place au prochain tour de l’Avenir.
Je tiens à remercier tous mes collègues Lukas Spengler, Thery Schir, Maxime Froidevaux, Gianluca Ocanha et Lars Schnyder pour leur aide et leur confiance ! La belle perfomance de l’équipe est complétée par la belle 18ème place de mon camarade de chambre Théry Schir !

Classements : http://www.directvelo.com/actualite/33181-la-cote-picarde-classement.html

Tour des Flandres U23 12.04

 

 

 

Première manche de coupe des Nations espoir, le Tour des Flandres s’est déroulé hier à Oudenaarde. Disputée par équipes nationales, cette classique longue de 165 kilomètres est très particulière car elle est jonchée de nombreux monts et secteurs pavés dont voici le détail :

 

11 km – Zone de pavés: Varentstraat (2000 m)
20 km – Côte 1: Kluisberg (925 m – Gem. 6,8% – Max. 14,5%)
28 km – Côte 2: Knokteberg (1100 m – Gem. 8% – Max. 13%)
38 km – Côte 3: Muziekbos (600 m – Gem. 6,6% – Max. 8%)
46 km – Côte 4: Pottelberg (1300 m – Gem. 6,5% – Max. 7,5%)
64 km – Côte 5: Guilleminlaan (2600 m)
88 km – Côte 6: Valkenberg (540 m – Gem. 8,1% – Max. 12,8%)
96 km – Côte 7: ‘t Hostellerie (1275 m – Gem 5,1% – Max 9%)
105 km – Côte 8: Molenberg (463 m, 300 m pavés) – Gem. 7% – Max. 14.2%)
107 km – Zone de pavés: Kerkgate (3000 m)
114 km – Zone de pavés: Kattenberg (1200 m)
126 km – Côte 9: Steenbeekdries (700 m pavés) – Gem. 5,3% – Max. 6,7%)
129 km – Côte 10: Taaienberg (530 m, 500 m pavés) – Gem. 6,6% – Max. 15,8%)
133 km – Côte 11: Eikenberg (1200 m pavés) – Gem. 6,2% – Max. 10%)
137 km – Zone de pavés: Kattenberg (1200 m)
149 km – Côte 12: Steenbeekdries (700 m (pavés) – Gem. 5,3% – Max. 6,7%)
152 km – Côte 13: Taaienberg (530 m, 500 m pavés) – Gem. 6,6% – Max. 15,8%)
156 km – Côte 14: Eikenberg (1200 m pavés) – Gem. 6,2% – Max. 10%)
160 km – Zone de pavés: Kattenberg (1200 m)

L’enchaînement de ces difficultés et les routes étroites qui rendent le positionnement au sein du peloton capital ont rendu la course et les coureurs très nerveux. Les chutes ont été très nombreuses tout au long du parcours (sur 6 coureurs de mon équipe, 3 ont chuté lourdement !).

120414/ Ronde Van Vlaanderen/ Beloften/

La chute de Stefan Küng lors de l’emballage final !

 

L’équipe Suisse avait fière allure sur le papier avant ce Ronde 2014, les 6 coureurs présents étaient compétitifs et motivés. Grâce à la présence de Stefan Küng et Gabriel Chavanne, nous possédions 2 coureurs d’expérience capables de jouer la gagne.

120414/ Ronde Van Vlaanderen/ Beloften/

Tom Bohli, Simon Pellaud, Lars Schnyder, Thery Schir, Stefan Küng et Gabriel Chavanne

Le départ fut comme souvent tendu et rapide jusqu’à ce que l’échappée matinale prenne le large. Une fois cette échappée de cinq coureur parti, le peloton calma son allure et ce jusqu’à l’approche du Molenberg, premier mont pavé de la journée qui précède l’entrée sur le circuit final. C’est en effet à partir de ce moment que la course se décanta, car ce circuit est très difficile et redouté. Malgré les bonnes sensations, j’ai été victime de mon mauvais placement lors du premier enchaînement des monts pavés sur le circuit. Quelque peu distancé par le gros du peloton j’ai réussi à garder mon calme et à l’entame du dernier tour, le groupe dans lequel je me trouvais à pu réintégrer la tête de course.

120414/ Ronde Van Vlaanderen/ Beloften/A partir de ce moment-là, ayant bien compris mon erreur je n’ai plus quitté les dix premières positions du groupe. Bien m’en à pris car après le dernier enchaînement Taaienberg/Eikenberg le peloton se scinda en plusieurs morceaux et une vingtaine de coureurs dont Stefan Küng et moi avons pu prendre le large.
À quatre kilomètres de la ligne d’arrivée, le 2ème groupe était pointé à dix secondes seulement. Après une courte discussion avec mon coéquipier, qui tenait à faire le sprint, j’ai décider de me sacrifier pour lui et de rouler afin d’empêcher le retour du groupe qui était lancé à notre poursuite. Après avoir donné tout ce qu’il me restait pendant 3 kilomètres, je me suis écarté sous la flamme rouge. Malheureusement tout ne se passa ensuite pas comme prévu. Une grosse chute vint entacher le sprint final et empêcha Stefan d’obtenir un résultat. Je parvins pour ma part à l’éviter de justesse et je termine à la 11ème place.

Résultats : http://www.procyclingstats.com/race/Ronde_van_Vlaanderen_Beloften_2014

Au final, je me montre très satisfait de cette course. Elle faisait partie des objectifs que j’avais annoncés dès le début de saison. J’ai pris beaucoup de plaisir à pouvoir lutter contre les meilleurs coureurs espoirs du moment. J’espère maintenant pouvoir profiter de cette bonne dynamique sur compétitions à venir !

*Photos : Marc Van Hecke

Prix des Vins Henry Valloton

Le prix des Vins Henry Valloton est une course organisée par mon club, le VC Excelsior Martigny. Grâce à un circuit long de 31.2 km à parcourir 5 fois, cette course est une des dernières vraies belles courses nationales du pays.

Cela me tenais vraiment au coeur de faire un résultat aujourd’hui (ndlr. dimanche 6 avril). Premièrement car étant donné que je courrais à domicile, de nombreuses personnes sont venues me soutenir. Mais également en mémoire de mon ami Felix Baur (qui avait terminé 3ème de cette course en 2012) décédé tragiquement cet hiver durant un entraînement en Espagne (voir ici). La minute de silence organisée en sa mémoire avant le départ m’a fait ressortir de nombreux souvenirs vécus en sa compagnie et m’a donné beaucoup de force et de motivation.

974593_10203401381986370_1315436105_n

Montée de Chamoson

Comme la plupart de ces courses nationale, le départ fut très rapide. Le bon groupe a eu de la peine à sortir. Courant à domicile, j’avais l’obligation d’y figurer et j’en ai certainement trop fait par rapport aux autres coureurs en début de course. Après plusieurs tentatives avortées, j’ai finalement réussi à me retrouver dans la bonne échappée composée d’une quinzaine de coureurs. Nous avons vite pris le large et compris qu’on allait se disputer la victoire.

Victime d’une crevaison à une dizaine de kilomètres de l’arrivée j’ai été un peu laisé mais ai réussi à rentrer sur l’échappée au pied de la dernière difficulté. J’ai ensuite attaqué en solitaire à 3.5 km, mais sans succès. Après avoir tenté le tout pour le tout, il m’a été difficile de me concentrer sur le sprint. J’ai malgré tout malgré tout terminé à  la 5ème place. La victoire est revenue à Mirco Saggiorato, devant Thery Shir et Lukas Spengler. Je suis quelque peu déçu par ce résultat mais je me montre par contre très satisfait d’avoir retrouvé ma pleine condition ! Maintenant cap sur la Belgique pour deux coupes des nations sous le maillot de l’équipe Suisse !!

1003598_10152302767079337_1007041593_n

Debreafing en compagnie de Raphael Faiss

Semaine type

Voici comme promis un petit descriptif d’une de mes semaines type d’entraînement ! Ce n’est biensûr qu’un simple canevas, les exercices effectués étant divers et variés ! De plus, certains paramètres comme l’approche d’un objectif peuvent modifier considérablement mon plan d’entraînement. Généralement, mon entraîneur (Raphael Faiss) me planifie plusieurs semaines à l’avance. Cela me permet de pouvoir m’organiser au mieux selon la météo et mes journées de travail. En retour je lui transferts mes données de puissance ainsi que mes sensations. Notre collaboration est très efficace et j’en suis complètement satisfait. Il est très important pour moi d’avoir quelqu’un sur qui me reposer et avec qui parler lors des moments de doutes, mais aussi lorsque tout va bien pour, par exemple, régler quelques petits détails.

Je peux dire que je m’entraîne plutôt selon la « nouvelle école ». C’est à dire qu’au lieu d’être focalisé sur les longues heures d’entraînement, l’accent est mis sur des sorties plus brèves mais intenses. Il n’est pas rare que les entraînements soient tout autant, voir même plus difficiles que les compétitions !!

Semaine type

Maladie et team présentation

Bonjour,

Cela fait déjà quelques jours que je n’ai plus publié d’article! Alors voici les dernières nouvelles sur l’avancée de ma saison, qui ne commence, malheureusement, pas vraiment comme prévu.

Le retour de mon voyage au Maroc s’est avéré compliqué. Il est fort probable que j’y ai attrapé un virus car 2 jours après être rentré, j’ai souffert de gastro-entérite. J’ai malgré tout pu prendre part au Circuit des 4 Cantons le samedi suivant. Les sensations n’étaient pas excellentes, mais j’ai pu tenir mon rang et je termine à la 36ème position, bien au chaud dans le peloton. La victoire s’est une fois de plus jouée au sprint massif, sur un circuit final très sinueux et face à des équipes sur-représentées. Il était donc difficile de pouvoir espérer un résultat.

Mon entraîneur avait planifié 3 jours de pause après cette course. Malheureusement, je n’ai pas pu les apprécier pleinement car la maladie ne m’a pas lâchée et j’ai été contraint de consulter mon médecin jeudi soir. Ce dernier m’a prescrit des antibiotiques, car tout le bas de mon ventre était enflammé. J’ai également essayé de nombreuses techniques « naturelles » (riz, thé noir, bananes,…) pour me réguler mais rien n’y a fait.

Team Présentation

Traditionnelle photo d’équipe !

Vendredi 14.03 (le lendemain de ma visite chez le médecin) a eu lieu à Kriegstetten, la présentation de mon équipe la « Team Roth Felt ». Séances photos et visites des principaux sponsors ont rythmés cette magnifique journée ensoleillée. Voici un petit article s’y référant : http://sport-heute.ch/cs20141/cycling/264-roth-felt-das-neue-team-im-elite-rennsport

Le lendemain, l’équipe était alignée sur le difficile Gp des Carreleurs, en Alsace. Pour ma part, il était clair que je doivent déclarer forfait afin d’optimiser ma récupération et mon retour à la compétition.

La prise d’antibiotiques ayant eu un effet radical sur mon état de santé, j’ai décidé de prendre le départ du Tour du Canton de Wittenheim, épreuve toute catégorie, totalement plate qui s’est tenu près de Mulhouse. Motivé après une semaine sans le moindre entraînement, j’ai fais partie d’une échappée de 8 coureurs en début de course. L’équipe nationale d’Allemagne n’ayant pas de représentant dans le groupe, a été obligée de rouler et après plus de 30 minutes d’efforts nous nous sommes fais reprendre par le peloton. Dans le final, un groupe d’une vingtaine de coureurs a pu ressortir et se disputer la victoire. J’ai pour ma part finit à la 21ème place, prenant la 3ème position du sprint du peloton. Sur cette course toute plate, où il était impossible de faire la différence physiquement, et où aucune équipe n’est parvenue à contrôler la course, le bon groupe est sorti un peu chanceusement. Malgré la déception de ne pas avoir pu terminer à l’avant, je me montre tout de même plutôt satisfait d’avoir pu participer à cette compétition après la semaine difficile que j’ai vécue.

1383643_549502815147914_697975701_n
1ère échappée de la saison

Suite et fin de mon voyage au Maroc

Voici la deuxième partie du récit de mon voyage au Maroc ! Pendant lequel j’ai pris part à 2 autres compétitions. Veuillez-m’excuser pour le retard de parution de ce dernier, mais le retour en Suisse a été extrêmement compliqué et le temps m’a manqué !

Jour 5 : 2ème manche

Au programme de ce jour, un circuit de 55 km à effectuer 2 fois et demi (arrivée à l’opposé du départ), comprenant à chaque tour 2 passages de 10 km environ avec un très fort vent de côté.

Dunes ok

Bordures entre les dunes !

La course, rendue nerveuse par le vent, fut très rapide. En effet dès que l’occasion se présentait, l’équipe nationale marocaine tentait une bordure afin de faire exploser le peloton. Les premières tentatives échouèrent, car le deuxième groupe (dans lequel je me trouvais) a toujours réussi à profiter d’une portion vent de face pour réintégrer la tête de course. La troisième tentative fut la bonne, un groupe d’une quinzaine de coureurs (avec 10 marocains) ont réussi à prendre le large. J’ai réussi à en faire partie l’espace de 5 minutes, mais nous étions trop nombreux et il m’a été impossible de me cacher du vent. J’ai donc été repris par la deuxième bordure, le moral au fond des chaussettes après avoir manqué cette occasion.
Ensuite, kilomètre après kilomètre, nous avons commencé à reprendre un à un les coureurs présents dans le groupe de tête. En effet, l’équipe marocaine a continué le forcing dans le premier groupe jusqu’à se retrouver à 4 seulement.

Le forcing marocain en action

Le forcing marocain en action

Nous nous sommes donc disputé la 5ème place au sprint. Mon collègue Alexandre Mercier a pris la 8ème place et moi la 16ème après une tentative d’échappée manquée dans les 3 derniers kilomètres.
Rentrés à l’hôtel, avec des vélos dans un triste état, plein de sable et de saleté, nous avons proposé 300 dirhames (environ 30 francs suisses) au mécanicien de l’équipe du Maroc pour qu’il nous les nettoye. C’est avec joie qu’il accepta ! Et nous avons retrouvé le lendemain nos vélo dans un état impeccable !!

moi2ok

Jour 6 et 7 : Étape express et voyage de retour compliqué !

Le départ de la dernière épreuve a été avancé à 8h du matin afin d’avoir assez de temps pour prendre notre avion prévu à 18h à Laayoune. Cette étape longue de 140 kilomètre et courue entièrement vent de dos fut avalée en moins de 2h35 (à plus de 54 km/h  de moyenne !!). Un groupe conséquent parvint à prendre le large en début de course grâce au vent des plus capricieux ! Mais la bonne entente présente dans le peloton, nous a permis de le reprendre à la mi course environ. C’est à ce moment des bordures se sont à nouveau formées. Mais au contraire des autres jours, nous avons laissé les coureurs marocains partir et grâce à une coalition entre les autres équipes nous avons pu les contrôler en restant à 50-100 mètres d’eux environ. La victoire s’est donc finalement jouée au sprint massif et c’est un coureur Bulgare qui s’est imposé devant 3 Italiens. Je termine à la 14ème place, n’ayant pas pu vraiment lutter dans le final faces aux autres équipes sur-représentées.
Une fois la ligne d’arrivée franchie, il a fallu parcourir les quelques 200 km qui nous séparaient de Laayoune (en voiture cette fois)  afin d’y prendre notre avion pour Casablanca. Malheureusement ce dernier a eu plus de 6h de retard, ce qui nous fit arriver  aux alentours de 3h du  matin à l’hôtel. Après cette courte nuit, nous avons à nouveau pris l’avion pour rentrer à Genève, puis le train pour rentrer en Valais.

Sympathique rencontre

Sympathique rencontre

Conclusion :

Ces 3 jours de courses au Maroc ont vraiment été une expérience formidable pour moi. J’ai pu y découvrir un nouveau pays, des gens fort sympathiques et surtout une manière de courir totalement différente de ce que l’on a l’habitude en Europe. Je pense que ces quelques jours ici m’ont permis d’acquérir du rythme et de me mettre en bonne conditions pour la suite de la saison. Le tout sera de récupérer efficacement des très (trop) nombreux voyages et transferts. Vous trouverez ci-dessous les résultats de ces trois courses ainsi qu’un interview du vainqueur de la première manche !

Résultats : http://www.votrecourse.com/resultat-challenge-de-la-marche-verte-648.html

Interwiew coureur marocain : http://www.directvelo.com/actualite/32173-maroc-toujours-le-couteau-entre-les-dents.html#.Uxd0I_mwba4

A bientôt

Simon

Coppa San Geo, GP Aix en Provence 22/24.02

Samedi 22 février s’est tenu au bord du lac de Garde la Coppa San Geo, une des premières courses nationales du calendrier italien. Le profil plutôt plat laissait présager dès le départ un sprint massif. Et les équipes italiennes (Zalf, Colpack, Delio Gallina…) ont travaillé à cette fin. Malgré tout, deux coureurs opportunistes ont pu se disputer la victoire en échappée avec seulement une vingtaine de mètre d’avance sur le peloton.

De mon côté, cette course s’est plutôt bien passée. Je peux affirmer m’être définitivement débarrassé de la maladie qui me gênait depuis plusieurs jours. Les premiers kilomètres ont été encore un peu difficile, mais dès la mi-course, je me suis senti de mieux en mieux, comme débloqué. Et j’ai pu apprécier la fin de course et me porter un peu à l’attaque. La consigne était de travailler pour mon coéquipier Colin Stüssi pour le sprint final. Il termine environ à la 20ème place et moi après avoir effectué mon travail, termine tranquillement dans les 30 premiers, le peloton ayant été coupé en deux par une chute.

Après une nuit passée dans un hôtel de Milan et un transfert de 5h environ, l’équipe se retrouvait lundi au départ du GP du Pays d’Aix, course élite nationale française regroupant 195 des meilleurs coureurs amateurs français. Ayant déjà pris part à cette course l’année passée, je savais à quoi m’attendre. Le parcours vallonné et le fort vent soufflant aujourd’hui sur Aix laissait présager une course de mouvement très tendue. Et ce fut le cas ! Les deux premiers tours de circuit (sur 4 au total) ont été effectués à très vive allure et les attaques incessantes. Tout le temps bien placé par peur de voir un groupe important s’en aller sans moi, j’ai payé un peu mes efforts au troisième tour. Et c’est à ce moment qu’est sorti la bonne échappée composée d’une quinzaine de coureurs. Piégé, je me suis résolu à tout de même disputer le sprint pour une place d’honneur afin de travailler le placement et le stress caractéristique des arrivées massives. Je dois prendre la dixième place du groupe environ (et donc à la 25ème place finale), mais j’ai malheureusement été oublié par le chronométreur…

Dès mardi, cap sur le Maroc et les trois courses qui m’y attendent (jeudi, samedi et dimanche) où je compte bien travailler ma condition et prendre du plaisir à découvrir ce pays !

Courses du Giron 09-10.03

Bonjour,

Ce weekend, faute de courir avec mon équipe, je me suis rendu à 2 manches du Giron. Ces courses régionales sont l’endroit idéal pour se faire un peu de rythme en début de saison.

Samedi, c’est à Bavois que s’est tenu la première manche du giron du Nord Vaudois. Un parcours plat de 10 km à effectuer 5 fois (dont une fois sous conduite) était au programme. Étant donné le départ commun à toutes les catégories, un peloton d’une centaine de concurrents s’est élancé aux alentours de 14h. La course fut très rapide ( presque  46 km/h de moyenne) mais ne laissa malheureusement pas la possibilité à une échappée de se former. La victoire se joua donc au sprint. Quelque peu enfermé sur la descente du pont à 200m de la ligne, j’ai finalement terminé 2ème derrière Nicolas Luthi.

 

Sprint perturbé par un groupe d’attardés à Bavois.
photo www.accv.ch

 

Dimanche, s’est déroulé la 2ème manche du Giron de la Côte à Nyon. Le parcours bien plus vallonné et un peu plus long que la veille laissait présager une jolie course de mouvement. Dès le premier tour, mon coéquipier Raphaël Addy, très en jambe, a vite pris les devant. Bientôt rejoint par Valentin Baillifard. Sentant que cette échappée serait difficile à reprendre vu la mauvaise entente à l’arrière, j’ai décidé de sortir en contre avec un autre coureur.

photo www.accv.ch

Après avoir bataillé pendant un demi tour, j’aifinalement réussi à rentrer sur la tête de la course. Nous nous sommes donc retrouvés à 4 devant. L’entente était bonne. Malheureusement pour le 4ème coureur (Gwenael Rouzet), Valentin Baillifard, Raphael Addy et moi sommes tous les trois du Vélo Club Excelsior Martigny. Nous nous sommes donc entendu pour terminer ensemble. Attaquant à tour de rôle, nous avons finis par réussir à nous retrouver seulement les trois. La victoire est revenue à Valentin. J’ai terminé 2ème et Raphaël 3ème.

Podium 100% martignerain à Nyon
photo www.accv.ch

Le weekend prochain, je serai engagé sur le GP San Giuseppe dans la région d’Ancona en Italie. Cette course très vallonnée est classée 1.2 à l’Europe Tour.