Partenariat Pharmalp

Très heureux de vous annoncer mon partenariat avec l’entreprise valaisanne Pharmalp SA!! Sponsor de l’équipe IAM Cycling, Pharmalp SA a décidé de me soutenir à titre privé pour la saison à venir. Grâce à leur Spirul-1, pas de problème de carence de fer, même à Bogota à plus de 2600m d’altitude !!

spirul-1-30-new

Présentation Pharmalp pour les personnes qui ne connaissent pas encore :
« Les solutions que nous développons vont agir en priorité sur les troubles gastro-intestinaux, l’immunité et certains troubles infectieux, pour améliorer et pérenniser le bien être de nos consommateurs :
– Des probiotiques, acteurs clés de la santé, du bien être digestif et de l’immunité ;
– Des extraits de plantes alpines et produits de phytothérapie particulièrement efficaces en traitement préventif et dans des pathologies infectieuses récidivantes (gamme en développement).
Nos recherches et nos produits s’appuient sur des preuves scientifiques d’efficacité et de tolérance, et nos partenaires industriels ont été sélectionnés avec soin. Notre ambition est d’apporter à nos produits la qualité et le sérieux qui font, partout dans le monde, la réputation des entreprises suisses. »

simon-pellaud

 

Forme et Plaisir de retour!

Ces dernières semaines j’ai eu la chance de pouvoir profiter d’un bon programme de course. En effet, après deux Kermesses courues en Belgique, j’ai enchaîné avec le Tour du Luxembourg et ma course préférée : Le Gp d’Argovie à Gippingen. Je vais ensuite courir le ZLM Toer sur 5 jours avant le championnat de Suisse, haut lieu de ma saison!

– Deux Kermesses Pro (courses typiques non UCI) m’ont servi de préparation afin de retrouver le rythme de la compétition. Logé au petits soins chez un ami belge pendant une semaine, j’ai eu la chance de vivre une nouvelle expérience intéressante, dans le pays du vélo!

 

13217439_1058578540887570_7894125657041973048_o

Full Gaz à Puivelde

– Tour du Luxembourg 2.HC.
5 jours de course vallonnés à travers le Grand Duché : le top pour retrouver la condition! Un plaisir de me mettre au service de l’équipe et surtout à la planche pour notre leader Mathias Frank qui a terminé 3ème de l’étape reine.

13307333_10206959914700934_9024226234353897398_n

Final de la 5ème étape du Tour du Luxembourg

– Gp d’Argovie Gippingen 1.HC
La plus fameuse épreuve cycliste d’un jour courue en suisse a toujours lieu 3 jours avant le début du Tour de Suisse dont le prologue aura lieu samedi à Baar. Cette épreuve tient une place particulière dans mon coeur. C’est en effet sur ce parcours que je suis devenu Champion Suisse Espoir il y a 3 ans!

13346861_10153533078010404_8900963866847832361_n

décontraction avant le départ avec Jarlinson Pantano

C’est donc avec une grosse motivation que je me suis présenté sur la ligne de départ à Leuggern. J’ai tout tenté pour prendre l’échappée matinale, malheureusement cela n’a pas souri, je me suis alors mis au service nos deux leaders Martin Elmiger et David Tanner. Après qu’Elmiger ai tenté son va-tout dans la dernière bosse, il était clair que le sprint allait être pour Tanner. Parfaitement emmené, il a pu prendre la 3ème place de l’épreuve. J’ai pour ma part participé au train IAM Cycling en l’emmenant jusqu’au pied du dernier faux-plat, à 600m de l’arrivée.

13415680_977372305643962_948568656326010832_o

À l’attaque au sommet de la bosse

Satisfait de ma condition actuelle, je vais prendre un peu de repos avant de m’envoler mardi pour la Hollande!

 

 

 

Tour de Yorkshire 1-2-3 mai

Pour mon retour à la compétition après 5 semaines « d’inactivité », j’ai eu la chance de participer à la 1ère édition du Tour de Yorkshire. Un très nombreux public était attendu tout au long des 3 jours de course au profil très accidenté!

1ère étape :

Un temps froid et venteux nous a accompagné tout au long des 174km de l’étape. Le profil reçu dans le road book était pour le moins trompeur, il aurait pu laisser présager un sprint d’une soixantaine de coureurs, mais il n’en fut rien! En effet, les routes du nord-est de l’Angleterre réserve bien des surprises! La répétition de difficultés non répertoriée eu tôt fait de faire exploser le peloton. Les bonnes sensations de ces derniers jours à l’entraînement se sont confirmées aujourd’hui. Les jambes tournaient plutôt bien malgré les forts pourcentages du jour! J’ai pu « faire la course » jusqu’à environ 20km de l’arrivée où 10 coureurs (Voeckler, Nordhaug, Sanchez…) sont sortis et ne seront plus revus. Pas représentés à l’avant, nous avons dû rouler pour relier l’arrivée, dans ce qu’il en restait du peloton.

IMG-20150501-WA0000

à l’attaque dans le final de la 1ère étape

2ème étape :

Après les abandons de deux des coureurs les plus rapides du peloton (Marcel Kittel et Ben Swift) à l’issue de la première étape, notre sprinter Matteo Pelucchi faisait figure de grand favori pour cette étape promise à un sprint massif dans les rues de York. C’est donc tout naturellement que le contrôle de la course nous revint. Tout ne se passa malheureusement pas comme prévu en début de course et 8 coureurs ont réussi à prendre plus de 7 minutes (alors que nous avions prévu de ne pas laisser sortir plus de 4 coureurs et de les contenir à 3-4 minutes). La poursuite fut donc plus compliquée et couteuse en énergie que prévu. J’ai travaillé en tête de peloton jusqu’à 10 kilomètres de l’arrivée. L’échappée a finalement été reprise à moins de deux kilomètres de l’arrivée !! Matteo Pelucchi a pris la 2ème place de l’emballage final battu sur la ligne par Moreno Hofland. Il est certain que Matteo aurait pu espérer à mieux si Vicente Reynes avait pu l’épauler dans les dernier kilomètres au lieu d’avoir eu à se sacrifier plus tôt dans l’étape afin de reprendre l’échappée. Le contrôle d’une échappée commence en effet dès les premiers kilomètres de course et nous en avons fait l’expérience aujourd’hui!

sptdw7002_670

Quel monde tout au long des routes du Yorkshire !!

3ème étape :

La dernière étape « Queen Stage » de ce tour du Yorkshire était longue de 164km, pour plus de 3000m de dénivelé positif! Le Team Sky contrôla la course tout au long de la journée afin de protéger le maillot azur de Lars Peter Nordhaug. Chez IAM la consigne était claire : « minimum un mec dans l’échappée » car si la victoire se dispute entre costaud, il serait très dure d’espérer faire un résultat. Mon camarade de chambre norvégien Sondre Holst Enger parvint à se glisser dans la matinale. J’ai donc ensuite tâché de rester placé au mieux à l’avant du peloton sur ces routes tortueuses pour économiser un maximum d’énergie afin de tenter d’accompagner les meilleurs le plus longtemps possible. J’ai pu conserver ma place dans le premier groupe jusqu’ à l’avant dernière difficulté du jour où l’équipe BMC de Samuel Sanchez fit exploser ce qu’il restait du peloton.

IMG_20150505_224203

En action dans l’une des principales difficultés de la journée

Ce Tour de Yorkshire fut certainement une des plus belles expériences de ma carrière cycliste. En effet, le parcours traversait des paysages fabuleux et surtout : je n’ai jamais vu autant de monde au bord de la route!! Je pense que seul le Tour de France peut faire mieux en la matière! Il est vraiment incroyablement motivant d’avoir à se frayer un chemin parmi la foule! Pour la suite de mon programme, je vais courir le Berner Rundfahrt avec l’équipe nationale samedi 9 mai, avant de me préparer pour le Tour de Belgique qui se déroulera à la fin du mois.

Weekend Belge 01.03/04.03

Pour mes premières courses professionnelles en Belgique, j’ai eu la chance de participer à deux épreuves : Kuurne-Bruxelles-Kuurne et le Gp Samyn. Ces deux semi-classiques sont l’endroit idéal pour acquérir de l’expérience et me faire au « paysage » belge. L’atmosphère de ces courses me fascine littéralement: le public passionné massé autour des bus d’équipes, la tension dans le peloton à l’approche du départ et des premières difficultés, tout le savoir faire des coureurs expérimentés placés aux avants-postes aux endroits clés, mais aussi, et surtout l’empreinte mythique des routes sur lesquelles des générations et des générations de coureurs cyclistes se sont « affrontés ». C’est toutes ces choses qui me font apprécier ces courses si spéciales et si courtisées ! (Petite vidéo d’un de mes entraînements sur les mythiques monts des Flandres : Une journée en Flandres)
Malheureusement, tout ne s’est pas vraiment déroulé comme je l’avais espéré. En effet, même si je partais dans l’inconnu, je m’étais fixé ces deux épreuves comme premiers objectifs de ma saison. En voici un court résumé !

Kuurne-Bruxelles-Kuurne 01.03 :

Cette semi-classique se termine souvent par un sprint massif, malgré l’enchaînement de plusieurs monts célèbres (Kruisberg, Côte du Trieu et Oude Kwaremont). Pour ma première participation à Kuurne, le vent violent qui soufflait sur la ligne de départ m’a rendu quelque peu nerveux. Interview :

Une fois parti, j’ai tenté à plusieurs reprise de prendre part à l’échappée matinale, mais un groupe de 6-7 coureurs s’en est allé sans moi. Il m’a donc ensuite fallu me concentrer sur le placement à l’avant du peloton ainsi qu’à rester le plus proche possible de mes coéquipiers. Le peloton se scinda en deux dans la côte du Trieu et j’ai œuvré une première fois au retour de Matteo Pelucchi en tête de la course. Nous avons pu faire la jonction, mais malheureusement trop proche du pied du vieux Kwaremont (principale difficulté pavée du jour) où le peloton explosa à nouveau. Je me suis donc remis à la tâche avec Martin Elmiger afin de rentrer sur la tête de la course. Une fois rentré, j’ai été légèrement détaché dans une nouvelle difficulté où j’ai été victime d’une crevaison. Les commissaires avaient organisé un barrage pour les voitures de directeur sportifs, et il m’a donc fallu attendre plus d’une minute avant d’être dépanné et ensuite, impossible de rentrer dans le peloton. Malgré tout, la 10ème place de Pelucchi dans le sprint final m’a tout de même apporté une petite satisfaction du travail accompli.

Gp Samyn 04.03 :

Dans l’enchaînement de Kuurne, nous avons participé au Gp Samyn, épreuve d’ouverture en Wallonie. Le parcours a complètement été revisité cette saison avec un circuit final très exposé au vent de côté et comprenant 3 « mauvais » secteurs pavés. L’équipe a participé à cette épreuve avec un effectif quelque peu amoindri. Cette situation laissait plus de liberté aux coureurs présents, même s’il était clair que notre leader du jour serait le belge Jonas Van Genechten. C’était donc une occasion favorable pour me tester, et pour tenter de courir « pour un résultat » une première fois de la saison.

Gp Samyn 2015

Gp Samyn 2015

Malgré quelques petites alertes à la bordure lors des 100 premiers kilomètres en ligne, la course fut plutôt calme jusqu’au circuit final. Bien placé à l’avant de la course lors du deuxième tour de circuit, j’ai été victime d’une chute massive dans un virage sur pavé mouillé! Le temps que je me relève et que mon mécano remette mon vélo en état de marche, le peloton était parti sans moi. Et malgré l’abri de la voiture, il m’a été impossible de réintégrer le peloton. C’est donc avec une pointe d’amertume que j’ai dû abandonner ma deuxième épreuve du weekend.

Le bilan de ma semaine belge est donc un échec en terme de résultat, mais une belle réussite en terme d’expérience. Il m’est apparu comme une évidence que j’allais, à l’avenir, me concentrer sur ce genre d’épreuve! Pour la suite du programme, je vais profiter des deux prochaines semaines pour passer du temps à la maison, avec ma famille et mes amis, tout en me préparant au mieux pour ma première épreuve World Tour : le Tour de Catalogne (du 23 au 29 mars).

À très bientôt

Simon

Voyage 2014 part.1

Pour ceux qui ne le savent pas encore, je suis parti le 29 septembre pour un voyage de deux mois environ entre Australie, Nouvelle Zélande et Malaisie. Voici en quelques lignes le résumé de la première partie de mon périple !

Après un atterrissage de nuit à Brisbane, j’ai passé ma 1ère nuit australienne dans un bagpakers proche de l’aéroport. Dès le lendemain, après avoir remonté mon vélo (Hé oui, je ne pouvais pas partir 2 mois sans lui! ), j’ai pris la route sac à dos pendant plus de 4h30 pour rejoindre Gold Coast et Surfer Paradise où m’attendait Josh Hamilton chez qui j’ai séjourné pendant une semaine environ. J’ai profité de ces quelques jours pour me défaire du jetlag ainsi que pour découvrir la région et le mode de vie des gens ici.

IMG_20141022_143434

les routes australiennes… un pur plaisir !

 

Le weekend suivant mon arrivée, Robbie McEwen m’a offert la possibilité de participer au Gold Coast Cycle Fest qu’il organise (un Critérium et un Gran Fondo). Ce fut une belle expérience et l’occasion pour moi de rencontrer d’autres cyclistes de la région.

20141001_105223

Brisbane => Surfers Paradise
Sac au dos !

J’ai ensuite quitté Gold Coast pour découvrir Sydney et ses environs. Après 3 jours passés dans cette ville gigantesque, je me suis rendu dans les Blue Mountains, où je me trouve actuellement, pour 4 jours de trekking. Le contraste entre la ville de Sydney surpeuplée et les vastes étendues de forêts désertes autour de Katoomba est saisissant ! J’ai malgré tout beaucoup de plaisir à arpenter de long en large cette région tellement différente de ce que l’on a chez nous !

20141012_115035

Les magnifiques Blue Mountains

Après les températures plutôt fraîches des Blue Mountains, je vais me rendre dans le nord de l’Australie, à Cairns où je devrais aisément pouvoir ressortir mes shorts ! Mon emploi du temps sera partagé entre plongée dans la grande barrière de corail, sorties à VTT, et bien sûr un peu de repos ! Le retour à Gold Coast pour ma dernière semaine en Australie, sera principalement axé cyclisme afin de préparer le Tour of Southland que je disputerai début novembre en Nouvelle Zélande.

20141009_113213

Sydney

À bientôt

Gp d’Isbergues

J’ai eu la chance de participer dimanche 22.09 au GP d’Isbergues, manche de coupe de France professionnelle courue dans le Pas-de-Calais. Tout d’abord remplaçant, j’ai finalement été appelé pour venir participer à cette épreuve pour « sprinteurs », très souvent indécise à cause du fort vent qui souffle dans cette région découverte. Pas moins de 200 kilomètres étaient donc au programme ce weekend. Le parcours, plutôt plat dans sa partie initiale était ensuite un peu plus vallonné dans sa partie médiane avant de se terminer par 5 répétitions d’un circuit urbain long de 6 kilomètres. Les conditions météo étaient vraiment difficiles le matin à notre départ de l’hôtel : pluie et vent violent promettaient une course  des plus nerveuses ! Par chance, la pluie cessa, mais le vent s’intensifia encore à l’approche du départ.

10711490_10205110902991451_504912646_n

À la planche pour Heinrich Haussler

Ma consigne était de me glisser dans l’échappée matinale si plus de 4-5 coureurs parvenaient à prendre le large. Malheureusement, malgré plusieurs tentatives, un groupe de 8 coureurs parvint à s’échapper sans que personne de chez nous ne puisse les accompagner. Avec ce vent, la nervosité était à son comble. Plusieurs tentatives de bordures (notamment de l’équipe BMC), donnèrent du fil à retordre aux coureurs du peloton et plus particulièrement à l’équipe FDJ qui contrôla tout de même la course tout au long de la journée. J’ai fais de mon mieux pour rester placé à l’avant du peloton et protéger mes leaders du vent. Peu avant de rentrer sur le circuit final, mon capitaine de route Vicente Reynes me demanda d’aller aider l’équipe de la Française des Jeux afin de reprendre au plus vite l’échappée. je me suis donc mis au travail pendant environ 25 kilomètres en compagnie notamment de Pirmin Lang, et une fois le groupe de tête repris à l’entame du dernier tour, je me suis écarté et fini tranquillement à 3 minutes environ du groupe principal. Heinrich Haussler a bien conclu le travail de l’équipe en prenant la 3ème place au sprint, derrière Arnaud Demare et Yauheni Hutarovich ! 

Voici une vidéo du final où l’on voit bien le travail effectué pour reprendre l’échappée :

Le Grand Prix d’Isbergues était ma dernière course avant le Championnat du Monde de vendredi. Je suis vraiment satisfait de son déroulement. En effet, j’en ai profité afin peaufiner au mieux ma forme pour cette dernière échéance de ma saison 2014. Je vais rejoindre Ponferrada mardi dans la journée. Mon objectif sur ce championnat sera de vraiment faire mieux que l’an dernier à Florence où j’ai subi la course de bout en bout. Avec mes collègues de l’équipe nationale, nous abordons cette épreuve dans un état d’esprit positif et le Team Spirit mis en place depuis le début de la saison ne pourra que nous aider à porter haut les couleurs de Swiss Cycling.

Championnats d’Europe U23, Nyon

Avec un peu de retard, voici un court résumé de ma course ! C’est avec une équipe forte que la Suisse a pris le départ du championnat d’Europe couru à domicile, à Nyon. En effet, Stefan Küng a remporté la course contre-la-montre le vendredi précédent la course en ligne. Le parcours convenait bien à une course de mouvement. En effet, le circuit long de 14.4 km a effectuer à 12 reprise était très nerveux avec une descente sinueuse précédent la principale difficulté du parcours : un « mur » d’un plus de 500m situé à 2 km de l’arrivée.

10505186_668847996496396_3819818515708048048_o

L’épreuve a bien commencé pour l’équipe nationale, en effet Thery Schir a pu prendre l’échappée matinale composée de 7 coureurs. Ainsi nous étions tranquille dans le peloton et nous avons pu laissé la responsabilité de la poursuite à d’autres équipes. La difficulté principale sur ce parcours était de pouvoir rester placé avant la descente précédent la bosse. Grâce à une équipe très soudée, nous avons pu bien nous imposer dans le peloton et rester bien compact à l’avant. Au fil des tours et à cause d’un violent orage, le peloton s’est écrémé peu à peu. Malgré la présence de l’échappée à l’avant, les attaques étaient incessantes, et dans chacune d’entre elles un coureur de l’équipe Suisse était présent, chacun son tour. Ce team spirit nous a permis d’économiser un maximum d’énergie. L’échappée a été revue à un tour de l’arrivée sous l’impulsion de l’équipe de Russie. A ce moment nous étions plus que 40 coureurs dans le peloton sur les 200 présents au départ. Et à l’exception de Thery, toute l’équipe était présente aux avant postes ! Une arrivée au sprint en petit comité se profilait. Et dans ce cas là, le coureur le plus rapide était Tom Bohli et nous avions discuté de travailler pour lui. Mais tout ça était sans compter sur Stefan Küng qui a attaqué sur le sommet du parcours et a terminé légèrement détaché pour remporter son deuxième titre européen en moins de 3 jours.

10511573_668849796496216_2598907527712777516_o

Mes sensations étaient plutôt bonnes sur cette course qui était extrêmement importante pour moi et pour l’équipe. A l’attaque en début de course, puis dans les groupes de contre, j’ai participé au travail de sape de l’équipe nationale. Il m’a manqué seulement 5 positions et un peu de fraîcheur lors du dernier passage dans la bosse qui m’a été fatal. Je termine donc à la 39ème place à une trentaine de secondes du vainqueur du jour.

OberÖsterreich Rundfahrt 20-22-.06

À la suite de mon camps d’entraînement de Macolin, j’ai participé ce weekend à ma première course à étape internationale de la saison : le tour de Haute Autriche. Cette course UCI 2.2 courue sur 3 jours au nord de l’Autriche, dans la région de Linz était ma dernière préparation avant les championnats suisses du weekend prochain.

1ère étape :
Rien de spécial à signaler sur cette étape longue de 185 kilomètres qui s’est terminée par un sprint massif. Après avoir tenté à quelques reprises de prendre part à l’échappée matinale, je suis resté sagement au sein du peloton. La tension présente lors des derniers kilomètres m’a retenu de disputer le sprint. Je termine dans le gros du peloton.

 2ème étape :
Cette 2ème étape bien plus montagneuse que la première correspondait bien à mes caractéristiques avec un circuit final en « montagne russe ». L’année dernière le vainqueur final du tour s’était échappé dans la descente précédent l’entrée sur le circuit final. J’ai décidé de tenter le même coup de poker en attaquant à environ 50 kilomètres de l’arrivée. Le calme au sein du peloton emmené par l’équipe Giant du Hollandais Lars Van der Haar m’a permis de rejoindre l’échappée du jour en solitaire et de prendre plus d’une minute et demi au groupe principal. Cet effort me coûta un peu trop d’énergie et j’ai été repris à 15 kilomètres de l’arrivée par un groupe encore conséquent. Une fois repris, j’ai terminé l’étape au sein d’un peti gruppetto.

cz

Paysage typique de la Haute Autriche, à la frontière avec la République Tchèque

 3ème étape :
La dernière étape était plutôt plate dans sa partie initiale, se terminait sur un circuit final à effectuer à trois reprises. Cette boucle comprenait, le Porscheberg, un mur de 1.5 kilomètres comprenant des passages à 20%. Me retrouvant loin au classement général, j’avais décidé de tenter ma chance en début d’étape, mais l’équipe du leader Pawel Cieslik a véritablement cadenassé la course et n’a pas laissé le moindre groupe s’en aller. J’ai donc attendu le circuit final où je me suis mis au service de mon coéquipier Lukas Jaun, 6ème de la 1ère étape et bien en jambes ce weekend. Après l’avoir replacé dans les premières positions au pied du mur final, je termine dans un groupe pour la 35ème place environ.

Malgré le manque évident de résultat, cette épreuve autrichienne a été une belle préparation pour les championnats de Suisse et d’Europe de ces prochaines semaines. Je pense avoir souffert ce weekend d’un petit manque de fraîcheur au sortir d’un mois où j’ai enchaîné les compétitions et longues séances d’entraînement. Mais c’était plus ou moins prévu ainsi, et il me reste maintenant à bien récupérer de ces efforts pour espérer faire un beau championnat dimanche prochain à Pfaffnau !

Championnats suisse 8.06

Ce samedi se sont déroulés les championnats suisses espoirs à Gippingen dans le canton d’Argovie. Le parcours long de 150 km, comprenait 2 boucles. Une première de 8 km plutôt plate, à effectuer 10 fois, et une 2ème bien plus difficile empruntant la bosse du Gp Gippingen. Le début de course à été très lent. Deux coureurs se sont échappés directement mais ils ne représentaient pas de réel danger. Malgré tout, derrière eux, personne ne voulait prendre en charge la poursuite. Ce fut donc à mon équipe de rouler pour maintenir l’écart. Après quelques tours, personne n’était venu nous aider, alors j’ai demandé à l’un de mes coéquipiers ( Gianluca Ocanha) d’attaquer afin de ne plus avoir à contrôler. Une fois qu’il est sorti, le peloton a recommencé à dormir. Deux tours avant d’attaquer le circuit final, j’ai décidé d’attaquer pour relancer l’allure. Étonnement, le peloton était tellement endormi que l’on m’a laissé sortir, nous étions 5. Je suis resté très calme et j’en ai fait le moins possible car je savais très bien que ce groupe n’irait pas au bout. Dans le dernier tour du circuit initial, nous avons repris mon coéquipier qui s’est mis à la planche pour moi.

Passage au sommet de la bosse

Passage au sommet de la bosse

Malgré tous ces efforts, je me suis fait reprendre au sommet du premier des sept passages sur la bosse. J’avais calculé de me faire reprendre à cet endroit, qui n’est pas le plus dur de la bosse afin d’économiser mes forces. Dès lors, je suis resté caché dans le groupe.  Dans toutes les bosses, sous l’impulsions de Stefan Kung, le groupe perdait des unités. Je me sentais vraiment bien mais j’évitais de le montrer et d’en faire trop. Finalement nous nous sommes retrouver à 4 devant avant d’attaquer le dernier grand prix de la montagne (Pellaud, Küng, Chavanne, Stüssi). Comme je me sentais encore très frais, j’ai décidé d’attaquer sur la partie la plus pentue de la bosse peu avant le sommet. J’ai réussi à sortir seul, personne n’a pu m’accompagner et j’ai parcouru en solitaire les 8 derniers km pour rallier l’arrivée. Mon coéquipier Colin Stüssi est venu parachever la belle performance de l’équipe en prenant la 2ème place. Bravo à lui, et surtout un grand merci à l’équipe qui a travaillé dès les premiers kilomètres du parcours et qui m’a surtout fait confiance !

946469_10201249643985919_1170015832_n

Photo: Werner Jacobs – radsport.ch

Cette victoire est la plus belle de ma carrière jusqu’à présent. C’est une réelle satisfaction après un début de saison compliqué, perturbé par la maladie et la mauvaise fortune. Depuis que j’ai réussi à me débarrasser de ma maladie, début mai, je ne pensais plus qu’à ce championnat. Jamais encore je n’avais préparé ainsi un objectif, cette course me prenait tellement la tête que déjà deux semaines avant la compétition j’avais parfois de la peine à m’endormir tellement j’y pensais. De plus, les bons résultats des derniers weekends m’ont aussi mis en confiance. Malgré toute cette pression que je me suis mise et l’envie de bien faire, j’ai réussi à rester calme et à ne pas trop en faire le jour J. C’est un immense pas en avant  pour moi qui ai souvent l’habitude de trop en faire durant les courses.

Podium du championnat suisse

Podium du championnat suisse

Mon programme pour ces prochaines semaines sera chargé. Je vais courir l’OberÖsterreich Rundfahrt en Autriche du 14 au 16 juin. Puis je participerai au championnat suisse de chrono espoir le mercredi 19 ainsi qu’au championnat suisse élite sur route le 23 juin. J’espère pouvoir profiter encore de ma bonne forme du moment et ainsi continuer ma série de bons résultats.