Partenariat Pharmalp

Très heureux de vous annoncer mon partenariat avec l’entreprise valaisanne Pharmalp SA!! Sponsor de l’équipe IAM Cycling, Pharmalp SA a décidé de me soutenir à titre privé pour la saison à venir. Grâce à leur Spirul-1, pas de problème de carence de fer, même à Bogota à plus de 2600m d’altitude !!

spirul-1-30-new

Présentation Pharmalp pour les personnes qui ne connaissent pas encore :
« Les solutions que nous développons vont agir en priorité sur les troubles gastro-intestinaux, l’immunité et certains troubles infectieux, pour améliorer et pérenniser le bien être de nos consommateurs :
– Des probiotiques, acteurs clés de la santé, du bien être digestif et de l’immunité ;
– Des extraits de plantes alpines et produits de phytothérapie particulièrement efficaces en traitement préventif et dans des pathologies infectieuses récidivantes (gamme en développement).
Nos recherches et nos produits s’appuient sur des preuves scientifiques d’efficacité et de tolérance, et nos partenaires industriels ont été sélectionnés avec soin. Notre ambition est d’apporter à nos produits la qualité et le sérieux qui font, partout dans le monde, la réputation des entreprises suisses. »

simon-pellaud

 

Tour of Utah

28423266960_1f57641857_z

Zion National Park

 

J’ai effectué mon retour à la compétition après une petite pause estivale et surtout un long stage en altitude de l’autre côté de l’atlantique, à l’occasion du Tour of Utah. Ma présence dans 3 l’échappée matinale lors de trois des sept étapes est l’expression de belles sensations ressenties lors de cette épreuve disputée en grande partie en altitude.

SONY DSC

Most Agressive Rider Stage 3

 

Le plaisir pris à courir à l’avant de la course ainsi que les paysages fantastiques et surtout inoubliables ont contribué à la réussite de mon voyage aux USA. C’est aussi durant cette épreuve que j’ai reçu la confirmation de ma participation à mon deuxième Tour d’Espagne. Cette sélection est une réelle opportunité pour montrer le maillot et espérer décrocher un contrat pour la saison prochaine.

http://www.iamcycling.ch/la-vuelta-mathias-frank-jaimerais-gagner-une-etape-en-me-faisant-plaisir/

Tour of Utah

Crédit photo Tour of Utah

Tour of Utah

Crédit photo Tour of Utah

 

IAM 2016, Stage Majorque décembre 2015

Voici le nouveau maillot IAM Cycling avec lequel j’évoluerai tout au long de la saison 2016.

23823471781_8fd7508686_o

IAM Cycling 2016

23279196453_cebd5c8b30_o

#NeoClassic

Camps d’entraînement Majorque

Un mini-stage de cohésion, premier rassemblement annuel de l’équipe, s’est déroulé proche de chez moi dans les Alpes valaisannes. Ces quelques jours ont été l’occasion d’effectuer quelques tests physiques, de se retrouver 2 mois après le dernier meeting, mais aussi de rencontrer les nouveaux venus dans l’équipe! Après la traditionnelle présentation à la presse, l’équipe s’est envolée en direction de Palma de Majorque pour un camps d’entraînement de 9 jours. Les conditions climatiques exceptionnelles nous ont permis d’emmagasiner un grand nombre de kilomètres sous le soleil espagnol.
Ce stage a aussi été l’occasion de découvrir le programme de course pour la saison à venir. J’ai appris avec plaisir que j’allais débuter ma saison, le 31 janvier prochain, sous le soleil brûlant d’Australie à l’occasion de la Cadel Evans Race. Mon séjour australien sera (à défaut de participer au Tour Down Under, 1ère manche du calendrier WorldTour) l’occasion d’effectuer une nouvelle charge d’entraînement dans d’excellentes conditions.  À mon retour en Europe je participerai  au Tour d’Algarve (Portugal) avant de me concentrer sur la découverte de quelques fameuses classiques printanières.
Voici une ébauche de la première partie de mon programme : http://www.simonpellaud.ch/calendrier/

23144732624_b5a42eba5a_o

le groupe « australien » lors du stage de décembre

23145828383_4c4e5a5282_o

Photo @IamCycling

23664087372_ea238d0c97_o

La « flotte » des vélos 2016

23184413763_ee6b54088c_o

Photo @IamCycling

 

 

Pro chez IAM Cycling en 2015

Je suis heureux et fier de vous annoncer que je serai professionnel chez IAM Cycling la saison prochaine ! Mes performances ainsi que mon état d’esprit lors de mon stage ont convaincus les dirigeants de l’équipe à me faire confiance ! Je vais donc rejoindre mes coéquipiers et amis valaisans Jonathan Fumeaux, Sébastien Reichenbach et Johan Tschopp au sein de la seule équipe professionnelle helvétique.

Passer professionnel, côtoyer les plus grands coureurs et courir les plus grandes courses a toujours été un rêve! Mais ça n’a jamais été un objectif à part entière, je n’ai jamais pédalé dans le seul but de passer un jour professionnel. Mais tout simplement car ce sport est ma passion et que j’ai un plaisir énorme à enfourcher ma bicyclette. Je me suis malgré tout toujours dit que si l’occasion se présentait je ne la laisserais évidemment pas passer… et c’est ce que j’ai fait ! Je peine encore à me rendre compte de ce qui m’arrive.

1962742_779072002116249_9013469258031965958_n

Mon nom sera imprimé au dos du maillot IAM CYCLING en 2015

Ce contrat est loin d’être un aboutissement. C’est surtout une récompense du travail accompli et le début de quelque chose de nouveau. Mon passage chez les professionnels demandera de nouveaux sacrifices, beaucoup de travail et de kilomètres afin d’atteindre le meilleur niveau possible et d’exploiter mon potentiel au maximum.

Voici le sujet paru dimanche dernier à sport dimanche qui officialise mon passage chez IAM CYCLING.

http://www.rts.ch/video/sport/sport-dimanche/6180125-le-mag-le-quotidien-d-un-stagiaire-cycliste.html

Merci à tous ! Sans votre soutien je ne serais jamais arrivé à obtenir ce sésame ! Depuis mes débuts vous êtes là pour me soutenir et c’est vraiment fondamental dans le suivi de ma carrière ! Un tout grand merci à mon entraîneur Raphael Faiss qui a toujours été là pour m’aider à progresser et pour me soutenir dans les moments plus difficiles, ainsi qu’à mon amie Florence sans qui rien de tout ça n’aurait été possible! Je tiens aussi à remercier mon équipe Roth Felt pour les bons moments vécus durant ces deux saisons !

Tour du Poitou Charentes (2.1)

Le tour du Poitou Charentes est une épreuve par étape longue de 4 jours et 5 étapes. Le classement général est généralement dominé par des spécialistes du contre-la-montre. En effet, la demi-étape du jeudi après-midi y est souvent décisive. L’ambiance au départ de ma 2ème épreuve sous le maillot IAM cycling était totalement différente de la Classique de l’Indre. Avec 3 coureurs capables de jouer les premiers rôles au classement général, dont le local de l’épreuve et multiple champion de France du contre-la-montre Sylvain Chavanel, l’équipe IAM Cycling faisait figure de favorite. Mais le plateau était vraiment relevé avec notamment Mark Cavendish, Thor Hushovd, Jean-Christophe Péreau ou encore Arthur Vichot. Mon rôle était clairement d’aider au maximum l’équipe. C’est donc sans autre ambition personnelle que celle d’être à la hauteur pour d’aider au mieux l’équipe que j’ai pris le départ de cette fameuse course à étape.

L’équipe présente sur le Tour du Poitou Charentes : Sylvain Chavanel, Martin Elmiger, Jérôme Pineau, Sébastien Reichenbach, Matthias Brändle, Kevyn Ista, Thomas Lövkvist et moi-même.

1ère étape :
La première étape était plutôt plate, mais un vent violent a rendu le peloton nerveux toute la journée. Les consignes au breafing étaient claires : rester proche de nos trois leaders, les protéger du vent et surtout ne pas se faire piéger. Je me suis donc attelé à cette tâche tout au long des 200 kilomètres de l’étape. La présence d’un sprint bonification après moins de 15 kilomètre a rendu le départ rapide, mais une échappée de 5 coureurs à très vite pris les devants et le peloton s’est donc calmé. Il fallait malgré tout toujours rester placé afin d’éviter tout risque de bordure. L’équipe Oméga Pharma a contrôlé la course toute la journée pour une arrivée au sprint et un succès de Mark Cavendish. A l’approche du circuit final, des routes soudainement plus dégagées ont étiré le peloton, mais sans que celui-ci ne casse vraiment. L’étape était donc promise à un sprint massif. Je n’ai malheureusement pas pu y prendre part, car j’ai été pris dans une chute à moins de 10 kilomètres de l’arrivée. L’étape a été remportée par Cavendish.

2081_gar_9089

Protéger Martin Elmiger (en rouge caché) du vent de côté

2ème étape :
Même scénario que la veille sur cette deuxième étape, mis à part une petite bosse dont le sommet placé à 6 kilomètres de l’arrivée pouvait servir de rampe de lancement pour nous afin de tenter de remporter l’étape. Nous avons donc prévu au breafing d’étirer le peloton à l’approche de cette difficulté afin de préparer une attaque de Sylvain. Malgré tous nos efforts, la bosse était en réalité un faux-plat montant et il fut donc impossible de vraiment créer de différence. Une fois mon travail effectué, je me suis relevé pour terminer tranquillement. Petite anecdote de la journée : une pause pipi qui a risqué mal tourner ! En effet peu de temps après m’être arrêté en compagnie de plusieurs autres coureurs, l’équipe Cofidis tenta un coup de bordure. Et c’est après une bataille de presque 10 kilomètre que nous avons pu enfin réintégrer le peloton.

3ème étape :
Le départ de cette 3ème étape, plus accidentée que les autres dans le final, était donné à 9h30. En effet, nous avions 2 étape à parcourir ce jeudi : 110 kilomètres en ligne le matin et 24 kilomètres de contre la montre l’après-midi. Souvent piégeuses les étapes du matin de ce genre sont bien généralement très rapides. Et celle-ci ne dérogea pas à la règle avec plus de 45km/h de moyenne. L’échappée a une nouvelle fois été parfaitement contrôlée par Omega Pharma et c’est au sprint que s’est jouée la victoire. Je termine dans le gros du peloton. Voici une vidéo postée sous la selle de Jérémy Roy où l’on me voit dans le final de cette étape (@ 2’10 ») :

4ème étape :
Loin d’être un spécialiste du chrono, je m’attendais à vivre une journée difficile. En effet, je n’étais monté qu’une seule fois sur le vélo de contre la montre avant cette épreuve. À ma grande surprise, tout se passa pour le mieux et j’ai réalisé un bon chrono… jusqu’à 5 kilomètres de l’arrivée ! Dans un virage sur la gauche, mon boyau a éclaté. Je me suis donc retrouvé une nouvelle fois au sol ! Et cette fois-ci bien râpé. Malgré tout cette journée fut une réussite, en effet Sylvain Chavanel s’est emparé du maillot de leader au terme du chrono et c’est avec pas moins de 3 représentants dans le top 10 que l’équipe se présenta au départ de la dernière étape.

10628397_868864963125013_1771970744275937734_n

bien râpé après ma chute sur le contre la montre

5ème étape :
La dernière étape, une nouvelle fois proche des 200 kilomètres était plutôt plane dans sa partie « en ligne » avant d’arriver sur un circuit final casse-pattes a effectuer à 3 reprises. Chavanel en jaune, c’est tout logiquement que la responsabilité de contrôler la course nous incombait. Ma consigne était de rouler en compagnie de Thomas Lövkvist jusqu’à l’entrée du circuit. Il a fallu tout d’abord laisser sortir une échappée pas trop dangereuse et pas trop difficile à contrôler. Nous avons donc laissé sortir 6 coureurs dont le meilleur représentant au classement général était à plus de 4 minutes. Et pendant 150 kilomètres nous les avons gardés à 2 minutes environ. Une fois après avoir terminé mon boulot, mes autres coéquipiers on pris le relais ! Et c’est ainsi que nous avons pu remporter le Tour international Poitou Charentes !!

GAR_8816 (1)

au travail !

Cette semaine fut certainement une des plus extraordinaires expériences de ma carrière cycliste. Pouvoir profiter de l’encadrement de pointe de l’équipe IAM et aussi côtoyer des coureurs tel que Pineau, Chavanel, Elmiger ou Ista était vraiment génial. J’en ai vraiment profité pour emmagasiner un maximum d’expérience. Tous mes collègues étaient content du travail que j’ai pu fournir ( ITW de notre directeur sportif Eddy Seigneur http://www.directvelo.com/actualite/37039-tour-du-poitou-charentes-et-5-les-reactions.html ) et c’est avec joie que je me suis mis à la planche pour eux ! Cette semaine a été pour moi un bel exemple de ce qu’est le métier de coureur cycliste professionnel. Et le moins qu’on puisse dire est que cela m’a plu !

GAR_1666

porteur de bidons

Championnats d’Europe U23, Nyon

Avec un peu de retard, voici un court résumé de ma course ! C’est avec une équipe forte que la Suisse a pris le départ du championnat d’Europe couru à domicile, à Nyon. En effet, Stefan Küng a remporté la course contre-la-montre le vendredi précédent la course en ligne. Le parcours convenait bien à une course de mouvement. En effet, le circuit long de 14.4 km a effectuer à 12 reprise était très nerveux avec une descente sinueuse précédent la principale difficulté du parcours : un « mur » d’un plus de 500m situé à 2 km de l’arrivée.

10505186_668847996496396_3819818515708048048_o

L’épreuve a bien commencé pour l’équipe nationale, en effet Thery Schir a pu prendre l’échappée matinale composée de 7 coureurs. Ainsi nous étions tranquille dans le peloton et nous avons pu laissé la responsabilité de la poursuite à d’autres équipes. La difficulté principale sur ce parcours était de pouvoir rester placé avant la descente précédent la bosse. Grâce à une équipe très soudée, nous avons pu bien nous imposer dans le peloton et rester bien compact à l’avant. Au fil des tours et à cause d’un violent orage, le peloton s’est écrémé peu à peu. Malgré la présence de l’échappée à l’avant, les attaques étaient incessantes, et dans chacune d’entre elles un coureur de l’équipe Suisse était présent, chacun son tour. Ce team spirit nous a permis d’économiser un maximum d’énergie. L’échappée a été revue à un tour de l’arrivée sous l’impulsion de l’équipe de Russie. A ce moment nous étions plus que 40 coureurs dans le peloton sur les 200 présents au départ. Et à l’exception de Thery, toute l’équipe était présente aux avant postes ! Une arrivée au sprint en petit comité se profilait. Et dans ce cas là, le coureur le plus rapide était Tom Bohli et nous avions discuté de travailler pour lui. Mais tout ça était sans compter sur Stefan Küng qui a attaqué sur le sommet du parcours et a terminé légèrement détaché pour remporter son deuxième titre européen en moins de 3 jours.

10511573_668849796496216_2598907527712777516_o

Mes sensations étaient plutôt bonnes sur cette course qui était extrêmement importante pour moi et pour l’équipe. A l’attaque en début de course, puis dans les groupes de contre, j’ai participé au travail de sape de l’équipe nationale. Il m’a manqué seulement 5 positions et un peu de fraîcheur lors du dernier passage dans la bosse qui m’a été fatal. Je termine donc à la 39ème place à une trentaine de secondes du vainqueur du jour.

OberÖsterreich Rundfahrt 20-22-.06

À la suite de mon camps d’entraînement de Macolin, j’ai participé ce weekend à ma première course à étape internationale de la saison : le tour de Haute Autriche. Cette course UCI 2.2 courue sur 3 jours au nord de l’Autriche, dans la région de Linz était ma dernière préparation avant les championnats suisses du weekend prochain.

1ère étape :
Rien de spécial à signaler sur cette étape longue de 185 kilomètres qui s’est terminée par un sprint massif. Après avoir tenté à quelques reprises de prendre part à l’échappée matinale, je suis resté sagement au sein du peloton. La tension présente lors des derniers kilomètres m’a retenu de disputer le sprint. Je termine dans le gros du peloton.

 2ème étape :
Cette 2ème étape bien plus montagneuse que la première correspondait bien à mes caractéristiques avec un circuit final en « montagne russe ». L’année dernière le vainqueur final du tour s’était échappé dans la descente précédent l’entrée sur le circuit final. J’ai décidé de tenter le même coup de poker en attaquant à environ 50 kilomètres de l’arrivée. Le calme au sein du peloton emmené par l’équipe Giant du Hollandais Lars Van der Haar m’a permis de rejoindre l’échappée du jour en solitaire et de prendre plus d’une minute et demi au groupe principal. Cet effort me coûta un peu trop d’énergie et j’ai été repris à 15 kilomètres de l’arrivée par un groupe encore conséquent. Une fois repris, j’ai terminé l’étape au sein d’un peti gruppetto.

cz

Paysage typique de la Haute Autriche, à la frontière avec la République Tchèque

 3ème étape :
La dernière étape était plutôt plate dans sa partie initiale, se terminait sur un circuit final à effectuer à trois reprises. Cette boucle comprenait, le Porscheberg, un mur de 1.5 kilomètres comprenant des passages à 20%. Me retrouvant loin au classement général, j’avais décidé de tenter ma chance en début d’étape, mais l’équipe du leader Pawel Cieslik a véritablement cadenassé la course et n’a pas laissé le moindre groupe s’en aller. J’ai donc attendu le circuit final où je me suis mis au service de mon coéquipier Lukas Jaun, 6ème de la 1ère étape et bien en jambes ce weekend. Après l’avoir replacé dans les premières positions au pied du mur final, je termine dans un groupe pour la 35ème place environ.

Malgré le manque évident de résultat, cette épreuve autrichienne a été une belle préparation pour les championnats de Suisse et d’Europe de ces prochaines semaines. Je pense avoir souffert ce weekend d’un petit manque de fraîcheur au sortir d’un mois où j’ai enchaîné les compétitions et longues séances d’entraînement. Mais c’était plus ou moins prévu ainsi, et il me reste maintenant à bien récupérer de ces efforts pour espérer faire un beau championnat dimanche prochain à Pfaffnau !

Gp Gippingen 1.HC

Sélectionné hier en équipe nationale pour la classique suisse : le Gp d’Argovie, j’ai eu la chance de participer à la première course au plus haut niveau de ma carrière. En effet, mis à part l’équipe nationale Suisse, toutes les autres équipes étaient de niveau Continental Professionnel ou Pro Tour. Cette épreuve classée 1.HC au calendrier UCI se déroule sur le parcours du championnat suisse U23 de l’an dernier. 15 tours de 12.1 kilomètres comprenant une belle bosse étaient au programme de cette journée.
Voici la liste des coureurs présents au départ. La plupart d’entre eux seront alignés dès samedi sur le Tour de Suisse. http://www.procyclingstats.com/race/GP_du_canton_d_Argovie_2014-Startlist

Motivé à essayer de prendre part à l’échappée du jour, j’ai tenté ma chance dès le kilomètre zero. Nous sommes sortis à quatre coureurs, mais malheureusement l’équipe IAM n’était pas représentée et nous avons été repris après 5 kilomètres sur le sommet de la première répétition de la bosse du jour. Peu de temps après un groupe de 3 coureurs dont mon coéquipier du jour Mirco Saggiorato s’est échappé. Le peloton contrôlé par l’équipe MTN Qhubeka a laissé faire et le groupe de tête a pris jusqu’à 10 minutes d’avance. Au sein du peloton, avec les autres coureurs de l’équipe nationale nous avons tenté de rester le mieux placé possible afin d’éviter les cassures dans la descente et donc de perdre des forces inutilement.

10462431_655820461132483_5793709431126368320_o

La forte chaleur présente dans la bosse rendait capital de s’hydrater correctement. Le passage au ravitaillement était donc un passage clef du parcours. La course s’accélérant progressivement tour après tour devint réellement difficile dans les 3 derniers passage de la bosse. Quelque peu décroché dans l’antépénultième tour, j’ai pu réintégrer le peloton au pied de l’avant dernière difficulté. Je me suis accroché jusqu’à mi-ascension environ avant de me faire définitivement lâcher par ce qu’il restait du groupe des favoris. Une fois à l’arrière, j’ai tout de même décidé de maintenir mon effort et de profiter jusqu’au bout de cette journée. Je termine à la 54ème place, à 2’30 du groupe de tête.

10467080_655817654466097_2227366001399954243_o

Concentré peu avant le départ du Gp d’Argovie

Personnellement, cette journée fut une belle expérience pour moi. Jamais mis en difficulté avant les 3 derniers tours, j’ai pris beaucoup de plaisir à participer à cette épreuve et à côtoyer des coureurs de classe mondiale. Étant un des seuls amateurs au départ (avec mes collègues de l’équipe nationale), mon seul petit regret est d’avoir manqué l’échappée matinale en début de course qui aurait été un bon moyen pour me mettre en évidence.
La suite de mon programme est un mini-stage avec l’équipe nationale à Macolin afin de préparer le championnat d’Europe du 13 juillet prochain, puis l’OberÖsterreich Rundfahrt course à étape de 3 jours.

Côte Picarde 16.04

3 jours après le Tour des Flandres s’est déroulée la deuxième manche de coupe des nations U23 : la Côte Picarde. Ayant déjà participé à cette course l’année dernière, je l’avais placée parmi mes principaux objectifs de la saison (voir ici). Premièrement car la coupe des nations est la meilleure vitrine dont un coureur espoir dispose pour se montrer à son avantage, mais aussi et surtout car le parcours proposé ici en Picardie me convient à ravir. Longue de 180 km, cette course se termine par un circuit final accidenté (comprenant 2 difficultés de 1.5 km environ) et exposé au vent à effectuer à deux reprises.

1913328_10201606964525811_9076655408464004311_o

Le peloton de la Côte Picarde

Le début de course était propice aux bordure et fut rapide. Mais aucune des tentatives (allemandes, belges et hollandaises) à faire exploser le peloton ne furent réellement efficaces. Une échappée de cinq coureurs parvint à prendre le large. Ils comptèrent jusqu’à huit minutes d’avance, mais grâce au travail des équipes de Norvège et du Danemark, nous les avons repris à l’entame de la boucle finale.

Montée finale

Afin d’économiser un maximum d’énergie et de minimiser le risque de chute, il était vraiment capital de débuter les difficultés finales dans les premières positions du peloton. Ce fut chose faite grâce à l’aide de mon coéquipier Lukas Spengler qui a vraiment effectué un super travail pour me replacer! Au vue du scénario présenté les années précédentes sur cette course, j’avais décidé de rester le plus calme possible et de ne rien tenter avant la dernière difficulté de la journée. Je suis donc resté à l’avant du peloton en tachant de m’économiser un maximum jusqu’à 15 kilomètres de l’arrivée. C’est à ce moment que le Belge Jens Wallays décida d’attaquer. Étant parfaitement placé à ce moment, j’ai sauté dans sa roue. Nous sommes sortis en compagnie d’un coureur kazakh. Six coureurs nous ont rejoints dans le dernier GPM. Nous étions donc 9 à l’avant à 10 kilomètres de l’arrivée. Notre avance n’a jamais dépassé les 15 secondes, mais l’entente dans le groupe était bonne et nous a permis de nous disputer la victoire !!

Le Belge Jens Wallays attaqua à 1.5 kilomètres de l’arrivée. Il parvint à nous piéger. Personne n’a voulu faire l’effort pour boucher le trou de peur de le payer lors de l’emballage final. La victoire était donc jouée. Mais il restait les deux dernières places du podium à nous disputer au sprint. A ce petit jeu là c’est le pistard français Thomas Boudat qui s’est montré le plus rapide, devançant de peu le danois Søren Kragh Andersen. Je prends pour ma part la 3ème place du sprint et donc la 4ème place finale. Bien placé en 2ème position au moment de lancer le sprint, il m’a été impossible de déborder mes deux adversaires du moment.

Arrivée de la Côte Picarde 2014

Arrivée de la Côte Picarde 2014

Je suis très satisfait de ce résultat. Il me reste seulement une pointe d’amertume de ne pas avoir osé tenter ma chance comme l’a fait le coureur belge. Mais c’est déjà une très grande satisfaction de pouvoir peser à ce point sur une course comme celle-ci et surtout de pouvoir arriver en excellente condition sur un objectif que je m’étais fixé de longue date. De plus les résultats obtenus lors de ces deux dernières épreuves permettent à l’équipe nationale de figurer à la 3ème place derrière la Belgique et la Hollande (voir le classement ici) ! Les points récoltés nous assurent aussi une place au prochain tour de l’Avenir.
Je tiens à remercier tous mes collègues Lukas Spengler, Thery Schir, Maxime Froidevaux, Gianluca Ocanha et Lars Schnyder pour leur aide et leur confiance ! La belle perfomance de l’équipe est complétée par la belle 18ème place de mon camarade de chambre Théry Schir !

Classements : http://www.directvelo.com/actualite/33181-la-cote-picarde-classement.html

Tour des Flandres U23 12.04

 

 

 

Première manche de coupe des Nations espoir, le Tour des Flandres s’est déroulé hier à Oudenaarde. Disputée par équipes nationales, cette classique longue de 165 kilomètres est très particulière car elle est jonchée de nombreux monts et secteurs pavés dont voici le détail :

 

11 km – Zone de pavés: Varentstraat (2000 m)
20 km – Côte 1: Kluisberg (925 m – Gem. 6,8% – Max. 14,5%)
28 km – Côte 2: Knokteberg (1100 m – Gem. 8% – Max. 13%)
38 km – Côte 3: Muziekbos (600 m – Gem. 6,6% – Max. 8%)
46 km – Côte 4: Pottelberg (1300 m – Gem. 6,5% – Max. 7,5%)
64 km – Côte 5: Guilleminlaan (2600 m)
88 km – Côte 6: Valkenberg (540 m – Gem. 8,1% – Max. 12,8%)
96 km – Côte 7: ‘t Hostellerie (1275 m – Gem 5,1% – Max 9%)
105 km – Côte 8: Molenberg (463 m, 300 m pavés) – Gem. 7% – Max. 14.2%)
107 km – Zone de pavés: Kerkgate (3000 m)
114 km – Zone de pavés: Kattenberg (1200 m)
126 km – Côte 9: Steenbeekdries (700 m pavés) – Gem. 5,3% – Max. 6,7%)
129 km – Côte 10: Taaienberg (530 m, 500 m pavés) – Gem. 6,6% – Max. 15,8%)
133 km – Côte 11: Eikenberg (1200 m pavés) – Gem. 6,2% – Max. 10%)
137 km – Zone de pavés: Kattenberg (1200 m)
149 km – Côte 12: Steenbeekdries (700 m (pavés) – Gem. 5,3% – Max. 6,7%)
152 km – Côte 13: Taaienberg (530 m, 500 m pavés) – Gem. 6,6% – Max. 15,8%)
156 km – Côte 14: Eikenberg (1200 m pavés) – Gem. 6,2% – Max. 10%)
160 km – Zone de pavés: Kattenberg (1200 m)

L’enchaînement de ces difficultés et les routes étroites qui rendent le positionnement au sein du peloton capital ont rendu la course et les coureurs très nerveux. Les chutes ont été très nombreuses tout au long du parcours (sur 6 coureurs de mon équipe, 3 ont chuté lourdement !).

120414/ Ronde Van Vlaanderen/ Beloften/

La chute de Stefan Küng lors de l’emballage final !

 

L’équipe Suisse avait fière allure sur le papier avant ce Ronde 2014, les 6 coureurs présents étaient compétitifs et motivés. Grâce à la présence de Stefan Küng et Gabriel Chavanne, nous possédions 2 coureurs d’expérience capables de jouer la gagne.

120414/ Ronde Van Vlaanderen/ Beloften/

Tom Bohli, Simon Pellaud, Lars Schnyder, Thery Schir, Stefan Küng et Gabriel Chavanne

Le départ fut comme souvent tendu et rapide jusqu’à ce que l’échappée matinale prenne le large. Une fois cette échappée de cinq coureur parti, le peloton calma son allure et ce jusqu’à l’approche du Molenberg, premier mont pavé de la journée qui précède l’entrée sur le circuit final. C’est en effet à partir de ce moment que la course se décanta, car ce circuit est très difficile et redouté. Malgré les bonnes sensations, j’ai été victime de mon mauvais placement lors du premier enchaînement des monts pavés sur le circuit. Quelque peu distancé par le gros du peloton j’ai réussi à garder mon calme et à l’entame du dernier tour, le groupe dans lequel je me trouvais à pu réintégrer la tête de course.

120414/ Ronde Van Vlaanderen/ Beloften/A partir de ce moment-là, ayant bien compris mon erreur je n’ai plus quitté les dix premières positions du groupe. Bien m’en à pris car après le dernier enchaînement Taaienberg/Eikenberg le peloton se scinda en plusieurs morceaux et une vingtaine de coureurs dont Stefan Küng et moi avons pu prendre le large.
À quatre kilomètres de la ligne d’arrivée, le 2ème groupe était pointé à dix secondes seulement. Après une courte discussion avec mon coéquipier, qui tenait à faire le sprint, j’ai décider de me sacrifier pour lui et de rouler afin d’empêcher le retour du groupe qui était lancé à notre poursuite. Après avoir donné tout ce qu’il me restait pendant 3 kilomètres, je me suis écarté sous la flamme rouge. Malheureusement tout ne se passa ensuite pas comme prévu. Une grosse chute vint entacher le sprint final et empêcha Stefan d’obtenir un résultat. Je parvins pour ma part à l’éviter de justesse et je termine à la 11ème place.

Résultats : http://www.procyclingstats.com/race/Ronde_van_Vlaanderen_Beloften_2014

Au final, je me montre très satisfait de cette course. Elle faisait partie des objectifs que j’avais annoncés dès le début de saison. J’ai pris beaucoup de plaisir à pouvoir lutter contre les meilleurs coureurs espoirs du moment. J’espère maintenant pouvoir profiter de cette bonne dynamique sur compétitions à venir !

*Photos : Marc Van Hecke