Côte Picarde 16.04

3 jours après le Tour des Flandres s’est déroulée la deuxième manche de coupe des nations U23 : la Côte Picarde. Ayant déjà participé à cette course l’année dernière, je l’avais placée parmi mes principaux objectifs de la saison (voir ici). Premièrement car la coupe des nations est la meilleure vitrine dont un coureur espoir dispose pour se montrer à son avantage, mais aussi et surtout car le parcours proposé ici en Picardie me convient à ravir. Longue de 180 km, cette course se termine par un circuit final accidenté (comprenant 2 difficultés de 1.5 km environ) et exposé au vent à effectuer à deux reprises.

1913328_10201606964525811_9076655408464004311_o

Le peloton de la Côte Picarde

Le début de course était propice aux bordure et fut rapide. Mais aucune des tentatives (allemandes, belges et hollandaises) à faire exploser le peloton ne furent réellement efficaces. Une échappée de cinq coureurs parvint à prendre le large. Ils comptèrent jusqu’à huit minutes d’avance, mais grâce au travail des équipes de Norvège et du Danemark, nous les avons repris à l’entame de la boucle finale.

Montée finale

Afin d’économiser un maximum d’énergie et de minimiser le risque de chute, il était vraiment capital de débuter les difficultés finales dans les premières positions du peloton. Ce fut chose faite grâce à l’aide de mon coéquipier Lukas Spengler qui a vraiment effectué un super travail pour me replacer! Au vue du scénario présenté les années précédentes sur cette course, j’avais décidé de rester le plus calme possible et de ne rien tenter avant la dernière difficulté de la journée. Je suis donc resté à l’avant du peloton en tachant de m’économiser un maximum jusqu’à 15 kilomètres de l’arrivée. C’est à ce moment que le Belge Jens Wallays décida d’attaquer. Étant parfaitement placé à ce moment, j’ai sauté dans sa roue. Nous sommes sortis en compagnie d’un coureur kazakh. Six coureurs nous ont rejoints dans le dernier GPM. Nous étions donc 9 à l’avant à 10 kilomètres de l’arrivée. Notre avance n’a jamais dépassé les 15 secondes, mais l’entente dans le groupe était bonne et nous a permis de nous disputer la victoire !!

Le Belge Jens Wallays attaqua à 1.5 kilomètres de l’arrivée. Il parvint à nous piéger. Personne n’a voulu faire l’effort pour boucher le trou de peur de le payer lors de l’emballage final. La victoire était donc jouée. Mais il restait les deux dernières places du podium à nous disputer au sprint. A ce petit jeu là c’est le pistard français Thomas Boudat qui s’est montré le plus rapide, devançant de peu le danois Søren Kragh Andersen. Je prends pour ma part la 3ème place du sprint et donc la 4ème place finale. Bien placé en 2ème position au moment de lancer le sprint, il m’a été impossible de déborder mes deux adversaires du moment.

Arrivée de la Côte Picarde 2014

Arrivée de la Côte Picarde 2014

Je suis très satisfait de ce résultat. Il me reste seulement une pointe d’amertume de ne pas avoir osé tenter ma chance comme l’a fait le coureur belge. Mais c’est déjà une très grande satisfaction de pouvoir peser à ce point sur une course comme celle-ci et surtout de pouvoir arriver en excellente condition sur un objectif que je m’étais fixé de longue date. De plus les résultats obtenus lors de ces deux dernières épreuves permettent à l’équipe nationale de figurer à la 3ème place derrière la Belgique et la Hollande (voir le classement ici) ! Les points récoltés nous assurent aussi une place au prochain tour de l’Avenir.
Je tiens à remercier tous mes collègues Lukas Spengler, Thery Schir, Maxime Froidevaux, Gianluca Ocanha et Lars Schnyder pour leur aide et leur confiance ! La belle perfomance de l’équipe est complétée par la belle 18ème place de mon camarade de chambre Théry Schir !

Classements : http://www.directvelo.com/actualite/33181-la-cote-picarde-classement.html

Tour des Flandres U23 12.04

 

 

 

Première manche de coupe des Nations espoir, le Tour des Flandres s’est déroulé hier à Oudenaarde. Disputée par équipes nationales, cette classique longue de 165 kilomètres est très particulière car elle est jonchée de nombreux monts et secteurs pavés dont voici le détail :

 

11 km – Zone de pavés: Varentstraat (2000 m)
20 km – Côte 1: Kluisberg (925 m – Gem. 6,8% – Max. 14,5%)
28 km – Côte 2: Knokteberg (1100 m – Gem. 8% – Max. 13%)
38 km – Côte 3: Muziekbos (600 m – Gem. 6,6% – Max. 8%)
46 km – Côte 4: Pottelberg (1300 m – Gem. 6,5% – Max. 7,5%)
64 km – Côte 5: Guilleminlaan (2600 m)
88 km – Côte 6: Valkenberg (540 m – Gem. 8,1% – Max. 12,8%)
96 km – Côte 7: ‘t Hostellerie (1275 m – Gem 5,1% – Max 9%)
105 km – Côte 8: Molenberg (463 m, 300 m pavés) – Gem. 7% – Max. 14.2%)
107 km – Zone de pavés: Kerkgate (3000 m)
114 km – Zone de pavés: Kattenberg (1200 m)
126 km – Côte 9: Steenbeekdries (700 m pavés) – Gem. 5,3% – Max. 6,7%)
129 km – Côte 10: Taaienberg (530 m, 500 m pavés) – Gem. 6,6% – Max. 15,8%)
133 km – Côte 11: Eikenberg (1200 m pavés) – Gem. 6,2% – Max. 10%)
137 km – Zone de pavés: Kattenberg (1200 m)
149 km – Côte 12: Steenbeekdries (700 m (pavés) – Gem. 5,3% – Max. 6,7%)
152 km – Côte 13: Taaienberg (530 m, 500 m pavés) – Gem. 6,6% – Max. 15,8%)
156 km – Côte 14: Eikenberg (1200 m pavés) – Gem. 6,2% – Max. 10%)
160 km – Zone de pavés: Kattenberg (1200 m)

L’enchaînement de ces difficultés et les routes étroites qui rendent le positionnement au sein du peloton capital ont rendu la course et les coureurs très nerveux. Les chutes ont été très nombreuses tout au long du parcours (sur 6 coureurs de mon équipe, 3 ont chuté lourdement !).

120414/ Ronde Van Vlaanderen/ Beloften/

La chute de Stefan Küng lors de l’emballage final !

 

L’équipe Suisse avait fière allure sur le papier avant ce Ronde 2014, les 6 coureurs présents étaient compétitifs et motivés. Grâce à la présence de Stefan Küng et Gabriel Chavanne, nous possédions 2 coureurs d’expérience capables de jouer la gagne.

120414/ Ronde Van Vlaanderen/ Beloften/

Tom Bohli, Simon Pellaud, Lars Schnyder, Thery Schir, Stefan Küng et Gabriel Chavanne

Le départ fut comme souvent tendu et rapide jusqu’à ce que l’échappée matinale prenne le large. Une fois cette échappée de cinq coureur parti, le peloton calma son allure et ce jusqu’à l’approche du Molenberg, premier mont pavé de la journée qui précède l’entrée sur le circuit final. C’est en effet à partir de ce moment que la course se décanta, car ce circuit est très difficile et redouté. Malgré les bonnes sensations, j’ai été victime de mon mauvais placement lors du premier enchaînement des monts pavés sur le circuit. Quelque peu distancé par le gros du peloton j’ai réussi à garder mon calme et à l’entame du dernier tour, le groupe dans lequel je me trouvais à pu réintégrer la tête de course.

120414/ Ronde Van Vlaanderen/ Beloften/A partir de ce moment-là, ayant bien compris mon erreur je n’ai plus quitté les dix premières positions du groupe. Bien m’en à pris car après le dernier enchaînement Taaienberg/Eikenberg le peloton se scinda en plusieurs morceaux et une vingtaine de coureurs dont Stefan Küng et moi avons pu prendre le large.
À quatre kilomètres de la ligne d’arrivée, le 2ème groupe était pointé à dix secondes seulement. Après une courte discussion avec mon coéquipier, qui tenait à faire le sprint, j’ai décider de me sacrifier pour lui et de rouler afin d’empêcher le retour du groupe qui était lancé à notre poursuite. Après avoir donné tout ce qu’il me restait pendant 3 kilomètres, je me suis écarté sous la flamme rouge. Malheureusement tout ne se passa ensuite pas comme prévu. Une grosse chute vint entacher le sprint final et empêcha Stefan d’obtenir un résultat. Je parvins pour ma part à l’éviter de justesse et je termine à la 11ème place.

Résultats : http://www.procyclingstats.com/race/Ronde_van_Vlaanderen_Beloften_2014

Au final, je me montre très satisfait de cette course. Elle faisait partie des objectifs que j’avais annoncés dès le début de saison. J’ai pris beaucoup de plaisir à pouvoir lutter contre les meilleurs coureurs espoirs du moment. J’espère maintenant pouvoir profiter de cette bonne dynamique sur compétitions à venir !

*Photos : Marc Van Hecke

Giro del Belvedere et Coupes des Nations

Bonjour,

Ces dernières semaines ont été très chargées pour moi. En effet, 5 jours de course en 12 jours, dans pas moins de 4 pays différents étaient au programme. C’est la raison pour laquelle je n’ai pas eu le temps de poster d’article plus tôt. Ces 5 course toutes réservées aux coureurs de moins de 23 ans réunissaient les meilleurs coureurs espoirs du monde. Ces courses sont vraiment l’endroit idéal pour démontrer que l’on a le niveau pour passer professionnel et la plupart des grandes équipes du peloton suivent de près les résultats pour dénicher les futurs talents. C’est pour cette raison que j’avais planifié avec mon entraîneur d’arriver en forme sur ces courses pour espérer m’y faire remarquer quelque peu. Malheureusement tout ne se passa pas comme prévu.

Lundi 1er avril. Giro del Belvedere UCI 1.2 U23
Le parcours pas très difficile au début se terminait par un circuit à effectuer à deux reprises contentant une bosse de 2km avec des passages à 20%. J’ai réussi à prendre l’échappée matinale. Nous étions 12 devant, et avons pris plus de 5 minutes d’avance sur un peloton pas très organisé. Malheureusement je n’ai pas réussi à suivre le rythme imposé par les meilleurs lors du premier passage dans la bosse. Je n’étais pas dans un très bon jour. Je suis déçu car les 2 plus forts de l’échappée se sont disputés la victoire, le peloton n’étant jamais rentré. Je termine pour ma part dans un groupe d’attardés.

Mardi 2 avril. Gp Palio del Recioto UCI 1.2 U23
Le lendemain, à un peu plus d’une heure de route de là s’est déroulé le Gp Palio del Recioto. Le parcours trop montagneux pour moi ainsi que les efforts consentis la veille m’ont coûté et j’ai très vite été contraint à l’abandon.

Samedi 6 avril. Tour des Flandres 1ère manche de Coupe des Nations Espoirs en Belgique.
Après un long voyage direction la Belgique, j’étais aligné sur le Tour des Flandres U23, sous le maillot de l’équipe nationale. Cette course mythique au parcours très sélectif, jonché de nombreux monts et secteurs pavés aurait dû bien convenir à mes caractéristiques. Malheureusement, j’ai été victime de deux crevaisons, dont une dans le final, au début du plus long secteur pavés du parcours. Étant donné le numéro de voiture très élevé (n°20) que nous possédions, il m’a été impossible de rentrer sur le peloton après mon incident. J’étais malgré tout très motivé à finir cette course, mais les commissaires m’ont arrêtés lors du dernier passage sur la ligne d’arrivée.

529096_463743783714639_1111261828_n

En attente de dépannage sur le Tour des Flandres U23

 

Mercredi 10 avril. La Côte Picarde, deuxième manche de la Coupe des Nations Espoirs en France.
Étant bien placé sur la ligne de départ, j’ai décidé de tenter de prendre l’échappée matinale. Chose que j’ai faite, nous sommes sortis à 3 dès les premiers hectomètres, puis nous avons été rejoins par 5 autres coureurs. L’entente était bonne, mais malheureusement, l’équipe des Pays Bas n’était pas représentée à l’avant et à donc décidé de rouler. Nous avons été repris après 25km.
Les jours se suivent et se ressemblent. J’ai été victime d’une nouvelle crevaison en pleine bosse dans le final, alors que j’étais très bien placé à l’avant d’un peloton qui  était entrain de perdre de nombreux éléments. Pour cette raison, la voiture a mis très long à venir me dépanner et il m’a été impossible de rentrer dans le premier groupe malgré les bonnes sensations et la rage que cet incident m’a provoqué. Je termine dans le gruppetto.

Samedi 13 avril. Le ZLM troisième manche de Coupe des Nations Espoirs en Hollande.
Cette dernière course avec l’équipe nationale fut pour moi un véritable calvaire. En effet, je me suis levé diminué par un refroidissement. Le parcours entièrement plat et propice aux bordures dès le départ donna lui à une véritable guerre de placement. Un groupe de 18 est sorti d’entrée. J’étais devant dans le premières positions mais incapable de suivre. Et ensuite le peloton a de nouveau été coupé en plusieurs groupes et j’ai été lâché, avant la mi-course.