Liège Bastogne Liège U23

Il aura fallu attendre m’a dernière année dans la catégorie des mois de vingt trois ans pour participer à cette belle course du calendrier espoir. Longue de plus de 180 kilomètres, cette épreuve emprunte les mêmes difficultés (Côte du Rosier, la Redoute, St Nicolas, Côte d’Ans,…) que la Doyenne. Chez les professionnels, cette compétition est plutôt dominée par des grimpeurs/puncheurs. J’avais un peu d’appréhension que les difficultés soient un peu trop longues à mon goût. Mais à la vue des résultats de ces dernières années, je me suis dit qu’il me serait possible de m’accrocher dans les difficultés les plus longues et pourquoi pas de tenter quelque chose sur une portion plus favorable.

Le début de course fut plutôt tranquille. Un groupe de cinq coureur s’est échappé dès les premiers kilomètres et les grosses équipes (BMC, Etixx,..) ont contrôlé la course. La course s’accélérant progressivement, une sélection par l’arrière se mit gentiment en place. Après la côte du Rosier nous n’étions plus que huitante environ dans le peloton (sur les 200 coureurs présents au départ). Mes sensations étaient bonnes et les jambes tournaient bien. J’attendais impatiemment l’arrivée de la mythique côte de la Redoute située après 140 kilomètres où le peloton allait certainement exploser !

L’entrée dans cette côte s’est fait après une descente extrêmement rapide et la nervosité était à son comble dans le peloton. J’ai eu de la peine à me replacer et cette erreur impardonnable me fut fatale. Comme prévu, le peloton s’est fractionné sous l’impulsion des coureurs BMC et je me suis retrouvé malgré mes bonnes jambes dans un deuxième groupe. La collaboration dans ce groupe n’était pas optimale et il nous fut impossible de  revenir. Malgré tout, j’ai décidé de continuer mon effort et j’ai effectué en solitaires les derniers 20 kilomètres de courses. Je termine à la 56ème place, comme premier des « battus ». Ce résultat me déçoit vraiment, j’ai payé cash le fait de ne pas avoir repéré le parcours. Je regrette aussi la faiblesse de mon équipe. En effet, nous n’étions plus que deux coureurs présents dans le peloton au pied de la Redoute et il a été impossible de nous retrouver pour nous replacer ensemble.
Mais ce n’est que partie remise et une nouvelle opportunité de profiter de ma forme du moment s’offre à moi lundi avec le Giro del Belvedere dans la région de Vérone. À condition bien sûr que je puisse récupérer des efforts consentis et surtout des incessants voyages de ces derniers jours !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *