Weekend Belge 01.03/04.03

Pour mes premières courses professionnelles en Belgique, j’ai eu la chance de participer à deux épreuves : Kuurne-Bruxelles-Kuurne et le Gp Samyn. Ces deux semi-classiques sont l’endroit idéal pour acquérir de l’expérience et me faire au « paysage » belge. L’atmosphère de ces courses me fascine littéralement: le public passionné massé autour des bus d’équipes, la tension dans le peloton à l’approche du départ et des premières difficultés, tout le savoir faire des coureurs expérimentés placés aux avants-postes aux endroits clés, mais aussi, et surtout l’empreinte mythique des routes sur lesquelles des générations et des générations de coureurs cyclistes se sont « affrontés ». C’est toutes ces choses qui me font apprécier ces courses si spéciales et si courtisées ! (Petite vidéo d’un de mes entraînements sur les mythiques monts des Flandres : Une journée en Flandres)
Malheureusement, tout ne s’est pas vraiment déroulé comme je l’avais espéré. En effet, même si je partais dans l’inconnu, je m’étais fixé ces deux épreuves comme premiers objectifs de ma saison. En voici un court résumé !

Kuurne-Bruxelles-Kuurne 01.03 :

Cette semi-classique se termine souvent par un sprint massif, malgré l’enchaînement de plusieurs monts célèbres (Kruisberg, Côte du Trieu et Oude Kwaremont). Pour ma première participation à Kuurne, le vent violent qui soufflait sur la ligne de départ m’a rendu quelque peu nerveux. Interview :

Une fois parti, j’ai tenté à plusieurs reprise de prendre part à l’échappée matinale, mais un groupe de 6-7 coureurs s’en est allé sans moi. Il m’a donc ensuite fallu me concentrer sur le placement à l’avant du peloton ainsi qu’à rester le plus proche possible de mes coéquipiers. Le peloton se scinda en deux dans la côte du Trieu et j’ai œuvré une première fois au retour de Matteo Pelucchi en tête de la course. Nous avons pu faire la jonction, mais malheureusement trop proche du pied du vieux Kwaremont (principale difficulté pavée du jour) où le peloton explosa à nouveau. Je me suis donc remis à la tâche avec Martin Elmiger afin de rentrer sur la tête de la course. Une fois rentré, j’ai été légèrement détaché dans une nouvelle difficulté où j’ai été victime d’une crevaison. Les commissaires avaient organisé un barrage pour les voitures de directeur sportifs, et il m’a donc fallu attendre plus d’une minute avant d’être dépanné et ensuite, impossible de rentrer dans le peloton. Malgré tout, la 10ème place de Pelucchi dans le sprint final m’a tout de même apporté une petite satisfaction du travail accompli.

Gp Samyn 04.03 :

Dans l’enchaînement de Kuurne, nous avons participé au Gp Samyn, épreuve d’ouverture en Wallonie. Le parcours a complètement été revisité cette saison avec un circuit final très exposé au vent de côté et comprenant 3 « mauvais » secteurs pavés. L’équipe a participé à cette épreuve avec un effectif quelque peu amoindri. Cette situation laissait plus de liberté aux coureurs présents, même s’il était clair que notre leader du jour serait le belge Jonas Van Genechten. C’était donc une occasion favorable pour me tester, et pour tenter de courir « pour un résultat » une première fois de la saison.

Gp Samyn 2015

Gp Samyn 2015

Malgré quelques petites alertes à la bordure lors des 100 premiers kilomètres en ligne, la course fut plutôt calme jusqu’au circuit final. Bien placé à l’avant de la course lors du deuxième tour de circuit, j’ai été victime d’une chute massive dans un virage sur pavé mouillé! Le temps que je me relève et que mon mécano remette mon vélo en état de marche, le peloton était parti sans moi. Et malgré l’abri de la voiture, il m’a été impossible de réintégrer le peloton. C’est donc avec une pointe d’amertume que j’ai dû abandonner ma deuxième épreuve du weekend.

Le bilan de ma semaine belge est donc un échec en terme de résultat, mais une belle réussite en terme d’expérience. Il m’est apparu comme une évidence que j’allais, à l’avenir, me concentrer sur ce genre d’épreuve! Pour la suite du programme, je vais profiter des deux prochaines semaines pour passer du temps à la maison, avec ma famille et mes amis, tout en me préparant au mieux pour ma première épreuve World Tour : le Tour de Catalogne (du 23 au 29 mars).

À très bientôt

Simon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *