Giro Valle d’Aosta 2013

Comme annoncé dans l’article précédent, j’ai été retenu en équipe nationale pour courir la 50ème édition du fameux Tour du Val d’Aoste. Cette course devenue célèbre grâce à son parcours extrêmement montagneux réuni les meilleurs coureurs âgés de moins de 23 ans venant de l’Europe entière (Italie, France, Belgique, Allemagne, Suisse, Russie,..). Le parcours comprend un prologue initial, 4 étapes de montagne et une dernière étape de gala plus courte avec un circuit final dans la ville d’Aoste.

Cette course était l’endroit idéal afin de me préparer au mieux pour le championnat d’Europe qui se déroulera la semaine prochaine en République Tchèque. L’objectif était donc de réussir à canaliser mes forces pour être le plus compétitif possible sur les deux étapes les plus adaptées à mes caractéristiques. Pour les autres jours, l’idée était de prendre du plaisir dans les premiers cols et de m’y tester un peu avant de terminer l’étape plus tranquillement afin d’économiser des forces pour les étapes suivantes.

À l’interview après l'étape de Châtel

À l’interview après l’étape de Châtel

Prologue :
Je n’ai pas accordé d’attention particulière au prologue (long de 2.5 km) étant donné la faible importance qu’il revêtait sur le classement général final. Malgré tout, il est toujours bien de se donner à 100% sur ce genre d’exercice car on ne sait jamais ce qu’il peut se passer, ensuite et il serait bête de perdre un maillot jaune pour quelques secondes. J’ai terminé à environ 15 secondes du vainqueur : l’Allemand Jasha Sütterling. Mon coéquipier et collègue de chambre Adrien Chenaux réussi une excellente performance et se classe 3ème.

1ère et 2ème étape :
Lors des deux premières étapes, dites de haute montagne, je m’en suis tenu à ce que j’avais prévu, c’est-à-dire me tester tout en économisant quelques forces pour la troisième étape qui me convenait beaucoup mieux. J’ai donc essayé de rester avec le premier groupe jusqu’à mi col en moyenne avant de lever le pied pour terminer dans le grupetto. Sinon j’ai été franchement déçu par le comportement des autres coureurs qui sont montés les 3/4 des cols accrochés aux voitures suiveuses (ou encore plus étonnant, aux motos de la police !). Cette pratique honteuse influence grandement le déroulement de l’épreuve car les coureurs peuvent ainsi conserver un maximum de fraîcheur pour le lendemain et pour les coureurs « propres » il est d’autant plus difficile de se faire une place.

3ème étape :
L’étape de Châtel était sur le papier celle qui me convenait le mieux. Etant donné qu’une importante délégation valaisanne avait fait le déplacement pour venir m’encourager, et que l’étape passait sur mes routes d’entrainement, j’étais très motivé au départ de cette 3ème étape. J’ai réussi à prendre part à l’échappée matinale avec une quinzaine d’autres coureurs. Aux fils des kilomètres, nous avons compris que nous pourrions nous jouer la victoire d’étape. Un groupe de 5 coureurs a réussi à se détacher pour prendre une trentaine de seconde d’avance sur le reste du groupe où je me trouvais. Après de nombreuses tentatives je parvins enfin à sortir à mon tour et à rejoindre le groupe de tête. Nous nous retrouvons à 7 au pied de la montée finale de Châtel. J’ai terminé à une jolie 6ème place à environ 1 minute du vainqueur.

Arrivée à Châtel

6ème place à l’arrivée de la 3ème étape

4ème étape :
La dernière grosse étape de montagne se déroulait ce samedi en Haute Savoie avec une arrivée à Morillon les Esserts au terme d’une montée finale d’environ 6km. J’ai profité de cette étape comprenant 5 cols pour prendre un maximum de plaisir. J’ai accompagné le groupe des meilleurs lors des 3 premiers cols avant de les laisser filer en prévision de l’étape plus plane du lendemain. Je me suis fais reprendre par le grupetto au pied de la montée finale et j’ai terminé au sein de ce dernier.

5ème étape :
Cette étape au profil plutôt descendant contenait seulement une bosse de 3ème catégorie et un circuit final à l’intérieur de la ville de Aosta. Étant donné que les 5 premiers coureurs du classement général se tenait avant le départ en moins de 40 secondes, l’étape était promise à être plutôt mouvementée. Finalement, aucun groupe ne parvint à se dégager dans la bosse et c’est un groupe d’une soixantaine de coureurs qui se présenta dans les rues d’Aoste pour se disputer la victoire au sprint. Je n’ai pas pu participer à l’emballage final car à 2km de l’arrivée une chute m’a fait perdre une dizaine de secondes et il a alors été impossible pour moi de rentrer.

Le bilan de ce tour du Val d’Aoste est pour moi plus que satisfaisant. Je n’avais jamais participé à une course de ce type (aussi montagneuse) et j’ai démontré que je pouvais me débrouiller en montagne et que ma récupération était, elle aussi, optimale. Cette semaine l’accent sera mis sur la récupération en vue du Championnat d’Europe de dimanche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *