Coppa San Geo, GP Aix en Provence 22/24.02

Samedi 22 février s’est tenu au bord du lac de Garde la Coppa San Geo, une des premières courses nationales du calendrier italien. Le profil plutôt plat laissait présager dès le départ un sprint massif. Et les équipes italiennes (Zalf, Colpack, Delio Gallina…) ont travaillé à cette fin. Malgré tout, deux coureurs opportunistes ont pu se disputer la victoire en échappée avec seulement une vingtaine de mètre d’avance sur le peloton.

De mon côté, cette course s’est plutôt bien passée. Je peux affirmer m’être définitivement débarrassé de la maladie qui me gênait depuis plusieurs jours. Les premiers kilomètres ont été encore un peu difficile, mais dès la mi-course, je me suis senti de mieux en mieux, comme débloqué. Et j’ai pu apprécier la fin de course et me porter un peu à l’attaque. La consigne était de travailler pour mon coéquipier Colin Stüssi pour le sprint final. Il termine environ à la 20ème place et moi après avoir effectué mon travail, termine tranquillement dans les 30 premiers, le peloton ayant été coupé en deux par une chute.

Après une nuit passée dans un hôtel de Milan et un transfert de 5h environ, l’équipe se retrouvait lundi au départ du GP du Pays d’Aix, course élite nationale française regroupant 195 des meilleurs coureurs amateurs français. Ayant déjà pris part à cette course l’année passée, je savais à quoi m’attendre. Le parcours vallonné et le fort vent soufflant aujourd’hui sur Aix laissait présager une course de mouvement très tendue. Et ce fut le cas ! Les deux premiers tours de circuit (sur 4 au total) ont été effectués à très vive allure et les attaques incessantes. Tout le temps bien placé par peur de voir un groupe important s’en aller sans moi, j’ai payé un peu mes efforts au troisième tour. Et c’est à ce moment qu’est sorti la bonne échappée composée d’une quinzaine de coureurs. Piégé, je me suis résolu à tout de même disputer le sprint pour une place d’honneur afin de travailler le placement et le stress caractéristique des arrivées massives. Je dois prendre la dixième place du groupe environ (et donc à la 25ème place finale), mais j’ai malheureusement été oublié par le chronométreur…

Dès mardi, cap sur le Maroc et les trois courses qui m’y attendent (jeudi, samedi et dimanche) où je compte bien travailler ma condition et prendre du plaisir à découvrir ce pays !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *